Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2017

Mrs Creasy a disparu, Joanna Cannon

IMG_20171104_102621_039.jpg

Mrs Creasy a disparu. Un matin de canicule, elle est partie en toute discrétion sans prévenir personne. Deux jeunes voisines, Grace et Tilly, décident de mener l'enquête pour tromper l'ennui de ces vacances d'été caniculaires. Elles ont aussi remarqué que les adultes de la rue paniquent, protègent férocement des secrets et évoquent à demi-mot des souvenirs que tous voudraient avoir oubliés. L'avenue, en apparence si paisible, est rattrapée par une histoire vieille de dix ans que tout le monde avait soigneusement caché sous le tapis avant la disparition de Mrs Creasy. Les jeunes filles cherchent alors avec leur regard innocent à retrouver Mrs Creasy et à comprendre ces adultes secrets qui détestent tous en coeur le voisin du numéro 11. Assommées par la chaleur, Grace et Tilly sillonnent le quartier et s'invitent chez chaque voisin pour poser des questions qui semblent naïves mais qui réveillent chez les adultes des doutes et de mauvais souvenirs. Joanna Cannon alterne la narration : Grace prend en charge le récit de ses recherches avec Tilly et un narrateur externe nous fait entrer chez chaque voisin pour connaître leurs secrets et leurs mesquineries.

J'ai beaucoup aimé ce premier roman. Joanna Cannon nous donne à voir ce qu'il se passe lorsque les portes de ces personnages, qui pourraient être nos voisin, sont fermés et derrière lesquelles chacun cherche à cacher des secrets. Ce roman est une comédie de moeurs. Le regard candide des enfants nous donne souvent envie de sourire mais le récit met aussi en scène des aspects monstrueux de l'être humain. L'hystérie collective et la soif de violence enfermée en chacun sont brillamment décrits par Joanna Cannon. 

L'écriture est grinçante lorsqu'elle évoque les adultes et pleine de candeur lorsqu'elle adopte le point de vue de ces deux jeunes filles si attachantes. Ce roman se dévore avec un grand plaisir !

"Elle sait que sa présence dans la rue allumera les conversations comme une guirlande lumineuse. Dès qu'elle sera hors de portée, ils commenceront à disséquer son malheur et son ridicule et à se le distribuer comme des petits -fours."

Je remercie chaleureusement Babelio et les Editions Harper Collins pour cette belle découverte !

Cette lecture entre dans le Challenge A Year in England organisé par Titine.

Fanny

2843307054.png   téléchargement (6).jpg 3069693880.png

10/10/2017

Le destin d'Anna Pavlovna, Alekseï Pisemski

IMG_20171007_152624_475.jpg

Alekseï Pisemski est un contemporain d'Ivan Tourgueniev peu connu en France. C'est avec un grand plaisir que j'ai découvert cet auteur russe avec Le destin d'Anna Pavlovna.


Alekseï Pisemski plonge le lecteur dans la Russie rurale du XIXe siècle. Nouvellement mariée, l'héroïne s'installe avec son époux dans un petit village organisé par quelques nobles, propriétaires de domaines. Malade, fragile, brutalisée par son mari, Anna Pavlovna dépérit alors que toute la petite noblesse provinciale se régale de commérages. Deux hommes de son passé ressurgissent alors dans sa vie: elle retrouve un vieux comte, ami de son père qui tombe follement amoureux d'elle et un jeune homme sans le sous qu'elle a aimé dans sa jeunesse et tout cela sous l’œil jaloux de son époux. Ces retrouvailles vont bouleverser sa vie. 


J'ai beaucoup aimé ce roman qui ressemble énormément à une tragédie. L'héroïne semble poursuivie par des puissances qui la dépassent et qui prennent diverses formes: la petite noblesse qui s'ennuie, qui fait et détruit des réputations et des êtres au gré de ses commérages mais aussi les hommes tout puissants au XIXe qui ne sont guidés que par des pulsions dévastatrices. Anna Pavlovna, héroïne courageuse, ressemble alors à une marionnette aux mains d'hommes capricieux, lâches et inconstants. Dans Le destin d'Anna Pavlovna, Alekseï Pisemski offre au lecteur un beau portrait de femme du XIXe siècle. Il nous donne aussi le reflet d'une Russie cruelle à observer : une société rurale dans laquelle les hommes fortunés régentent et détruisent selon leur bon vouloir la vie des "âmes" qu'ils possèdent : celles de leurs serfs et des femmes.

Je remercie Babelio et Les Editions Ateliers Henry Dougier pour cette belle découverte !

Lu dans le cadre du Challenge XIXe siècle organisé par Fanny

Fanny

Logo_HenryDougier.jpg    2843307054.png   logo-4.png

04/09/2017

Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre

IMG_20170904_141752_591.jpg

Je ne comprends pas pourquoi j'ai attendu tant d'années pour lire Au revoir là-haut.... Je me suis empressée de le sortir de ma PAL en découvrant la bande annonce de l'adaptation cinématographique d'Albert Dupontel prévue pour fin octobre. 

Prix Goncourt 2013, ce roman de Pierre Lemaitre est un énorme coup de coeur. Il raconte la vie de trois hommes d'un même régiment à la fin de la première guerre mondiale. Début novembre 1918, Edouard et Albert savent que la guerre se termine même si les offensives se poursuivent. Henri, gradé du régiment et ancien aristocrate déchu, espère que cette fin de guerre lui apportera les lauriers dont sa famille a tant besoin. Il est prêt à forcer la chance pour tirer profit de cette guerre. Un an plus tard, Henri, devenu héros de guerre, brille en société alors qu'Albert et Edouard, gueules cassées rejetées par leur pays, vivent misérablement. Ils imaginent alors une arnaque d'envergure nationale. 


J'ai tout adoré dans ce roman qui me laisse très admirative: les personnages sont complexes, terriblement humains et passionnants. Mention spéciale pour Henri D'Aulnay-Pradelle que j'ai tant aimé détester! L'intrigue est surprenante, très romanesque et le lecteur a terriblement envie de poursuivre sa lecture. Pierre Lemaitre montre également toutes les ambiguïtés de la société française : elle glorifie ses morts et abandonne les survivants que l'on regarde d'un oeil méfiant. Comme si tous les héros étaient morts et qu'il ne restait que les peureux. L écriture de Pierre Lemaitre, cynique et pleine de vie, est magnifique. 
Un incroyable roman du début à la fin. 


Je vous laisse avec les premières lignes du roman: " Ceux qui pensaient que cette guerre finirait bientôt étaient tous morts depuis longtemps. De la guerre justement. Aussi, en octobre, Albert reçut il avec pas mal de scepticisme les rumeurs annonçant un armistice. Il ne leur prêta pas plus de crédit qu'à la propagande du début qui soutenait, par exemple, que les balles boches étaient tellement molles qu'elles s'écrasaient comme des poires blettes sur les uniformes, faisant hurler de rire les régiments français. En quatre ans, Albert en avait vu un paquet, des types morts de rire en recevant une balle allemande. "

Fanny

Lu dans le cadre du Challenge Première guerre mondiale organisé par Claire.

1328650574.2.jpg

30/06/2017

L'Aventure du ruban moucheté et Le Diadème de Béryls, Arthur Conan Doyle et Christel Espié

810MufPn5bL.jpg    Couv_213793.jpg

Les éditions Sarbacane publient des textes classiques accompagnés par de superbes illustrations. Christel Espié a illustré deux nouvelles d'Arthur Conan Doyle qui mettent en scène Sherlock Holmes et son fidèle acolyte, le docteur Watson.

IMG_20170630_182912_336 (1).jpg

Dans L'Aventure du ruban moucheté, une jeune femme implore l'aide du célèbre détective. Elle vit dans un vieux manoir avec son beau-père. Elle se sent seule depuis la mystérieuse mort de sa soeur. Une nuit, elle entend un sifflement dans sa chambre. Quelques instants avant de mourir, sa soeur lui avait parlé de ce mystérieux bruit.... Craignant pour sa vie et ne supportant plus d'ignorer les causes de la disparition de sa soeur, elle demande à Sherlock Holmes de percer le mystère. 

Un homme affolé et désespéré débarque un jour chez Sherlock Holmes dans Le diadème de Béryls. Il raconte au détective que son propre fils lui a dérobé un diadème précieux confié à ce financier par un célèbre personnage de l'Etat. Il ne parvient pas à y croire mais il a surpris son fils dans la nuit alors qu'il tenait le diadème dans ses mains. Sherlock Holmes cherchera alors a innocenté ce fils et à retrouver les diamants disparus.   51hL1j3CbZL.jpg

J'ai adoré ces deux lectures : les intrigues d'Arthur Conan Doyle sont toujours plaisantes à lire même si ces nouvelles plus courtes ne maintiennent pas aussi bien le suspense que ses romans. Le lecteur peut découvrir facilement le dénouement des intrigues. J'ai eu une petite préférence pour l'intrigue de L'Aventure du ruban moucheté. Les illustrations de Christel Espié ont été une très belle découvertes pour moi : les dessins et les couleurs nous plongent avec plaisir dans l'Angleterre du XIXe siècle. Ils sont très élégants et conviennent parfaitement au héros d'Arthur Conan Doyle.

89345721_o.jpg

Je pense poursuivre ma découverte de cette illustratrice avec Tom Sawyer détective publié également aux éditions Sarbacane.

Lu dans le cadre du mois anglais chez Lou et Cryssilda

Fanny

1546307567.jpg

29/06/2017

Le brouillard tombe sur Deptford, Ann Granger

9782264070623.jpg

J'avais été très déçue par Le témoignage du pendu, le cinquième volume des aventures de Lizzie et Ben Ross mais je n'avais pas envie pour autant d'arrêter définitivement la lecture de cette série. En commençant Le brouillard tombe sur Deptford j'espérais vraiment retrouver la qualité des quatre premiers romans. Mes retrouvailles avec les héros ne furent pas complètement réussies. 

Mrs Clifford est retrouvée la nuit dans une ruelle de Deptford, quartier malfamé de Londres. La présence du cadavre de cette femme bien vêtue et respectable dans le quartier trouble les policiers. Dépassés par les nombreuses affaires de Deptford, les inspecteurs du secteur demandent à Scotland Yard de les aider. Benjamin Ross débute son enquête et découvre que le dernier homme à avoir vu cette femme vivante n'est autre qu'un membre de la famille de Lizzie par alliance. Edgar Wellings est un joueur fauché qui avait une bonne raison de vouloir faire taire Mrs Clifford. Alors que Ben aura à coeur de résoudre cette énigme, Lizzie essaiera d'étouffer le scandale et de protéger sa famille.

Cette dernière enquête du couple présente une intrigue moins prenante que celles des premiers volumes. Je l'ai trouvée un peu lente, comme celle du Témoignage du pendu. Un membre de la famille de Lizzie, une jeune femme qui lui demande souvent son soutien, est assez agaçante. Mais Ann Granger installe très bien le cadre de l'histoire et décrit la misère de nombreux Londoniens du XIXe siècle. Pour la première fois de la série, Ann Granger nous donne à voir la grande pauvreté et le lecteur s'interroge vraiment sur les problèmes sociétaux de cette époque.

Lu dans le cadre de la lecture commune sur Ann Granger dans le mois anglais de Lou et Cryssilda.

Fanny

1546307567.jpg

24/06/2017

Meurtre en Mésopotomie, Agatha Christie

IMG_20170614_140031_366.jpg

Pour la lecture commune polar du mois anglais j'ai choisi un Agatha Christie qui n'est pas son roman le plus "british" .... mais je l'avais depuis un moment dans ma pile à lire et j'avais particulièrement envie de le lire !

J'aime beaucoup me plonger dans les romans de la reine du crime: on est rarement (voire jamais) déçu et elle me donne toujours un petit coup de jeune. Quand je lis un Agatha Christie, j'ai l'impression d'être de nouveau l'adolescente de 13 ans qui terminait vite ses devoirs pour se plonger dans Dix Petits nègres, Mort sur le Nil ou La mort n'est pas une fin.

Dans Meurtre en Mésopotamie, la narratrice est une infirmière: Amy Leatheran. Cette jeune femme vient s'installer dans un chantier de fouilles pour s'occuper de Mrs Leidner, l'épouse d'un archéologue. Terrifiée, celle-ci affirme qu'un homme portant un masque l'observe par la fenêtre la nuit, qu'elle reçoit des lettres anonymes de menaces et que quelqu'un cherche à la tuer. Amy se rend compte que l'ambiance sur le chantier est empoisonnée par des rancunes et que chacun a un ragot à lui raconter sur sa patiente. Mrs Leidner est finalement assassinée alors que personne ne prenait au sérieux ses angoisses.... 

Hercule Poirot sera confronté à un mystère de taille : personne ne semble être entré dans la cour qui donne accès à la chambre de la victime durant toute l'après-midi du meurtre. Il devra comprendre la personnalité énigmatique de la victime en fouillant dans son passé pour trouver son assassin. 

J'ai toujours beaucoup aimé les enquêtes qui se déroulaient en Afrique. Meurtre en Mésopotamie nous fait voyager mais nous pousse aussi à utiliser nos petites cellules grises ! (pour une fois j'avais trouvé l'assassin et le mobile mais pas le moyen employé pour arriver à ses fins...)

Lu dans le cadre de la lecture commune polar pour le mois anglais de Lou et Cryssilda. 

Fanny

1546307567.jpg

21/06/2017

La Séance, John Harwood

IMG_20170618_180713_188 (1).jpg

J'ai découvert ce titre grâce à Victoria du blog Mango and Salt. On ne peut le trouver qu'en grand format ou en poche d'occasion.

Le roman débute à la la fin du XIX e siècle par le récit de Constance Langton. Cette jeune fille est confrontée au décès d'Alma, sa petite soeur, et à la dépression de sa mère. Pour lui redonner courage, elle l'amène dans des sociétés spiritualistes afin de convoquer la présence d'Alma. Débute alors pour Constance un premier contact avec l'étrange et le surnaturel qui se développera au cours du roman. Après le décès d'un parent éloigné, Constance hérite de Wraxford Hall, un manoir maudit dans le Suffolk. John Montague, un avocat, la contacte pour cet héritage inattendu et la met en garde: si elle veut rester en vie, elle ne doit jamais habiter dans ce manoir.

John Montague est le premier à remonter le temps pour raconter à Constance et aux lecteurs le passé inquiétant de ce manoir et de ses habitants. Son récit sera complété par celui d'Eleanor Unwin, disparue après une nuit d'orage dans ce manoir. De nombreux événements marquants se sont déroulés dans ce manoir au fil des générations: morts violentes, disparitions mystérieuses, fantômes rôdant dans les bois alentours... Constance prendra alors des risques pour percer les mystères de ce manoir et connaître la vérité sur ses ancêtres.


Les 150 premières pages ont été difficiles à lire, je n'accrochais pas vraiment et j'avais l'impression de survoler les événements avec ces nombreux personnages sans me plonger complètement dans l'histoire. Mais ensuite je n'ai plus lâché ce roman. John Harwood force son lecteur à être actif pendant sa lecture : les événements sont énigmatiques mais les personnages aussi, on doute de la véracité de leur témoignage et on reste attentif à chaque détail. On est happé par l'intrigue et l'ambiance gothique, on frissonne à certains moments avec les personnages et on reconstitue cet immense puzzle avec plaisir. Ce roman est parfait pour la période d'Halloween pour son ambiance gothique ou simplement si on veut passer un bon moment de lecture.

Lu dans le cadre du mois anglais chez Cryssilda et Lou

Fanny

1546307567.jpg