Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2016

Le témoignage du pendu, Ann Granger

14202484_1057603694356991_2895613145401687921_n.jpg

Le témoignage du pendu est le cinquième volume des enquêtes de Benjamin et Elizabeth Ross. Mills, un condamné à mort, demande comme dernière volonté de s'entretenir avec l'homme qui l'a arrêté: Benjamin Ross. Avant de mourir, il veut soulager sa conscience : pendant dix-sept il a gardé le silence mais aujourd'hui il veut témoigner sur un crime dont il a été le témoin. Piégé par l'orage en pleine campagne, Mills chercha refuge dans la seule maison des alentours. Il s'approcha de cette maison et aperçut par la fenêtre un vieil homme se faire tuer par une jeune femme. Effrayé, il fuit et se tut pendant dix-sept. Benjamin Ross ne sait que penser: Mills dit-il la vérité ou est-ce une astuce pour retarder sa condamnation à mort? Lizzie se propose alors pour retourner sur les lieux, retrouver cette maison et le nom de la victime. Alors que Mills est exécuté et que le couple Ross espère trouver assez de preuves pour ouvrir officiellement l'enquête, Monsieur Canning, bourgeois londonien, déclare que sa femme et sa fille ont été enlevées par des malfaiteurs à la recherche d'une rançon. Le doute s'installe dans l'esprit de Benjamin: il pense avoir aperçu la veille cette femme et son enfant dormant sous un pont de Londres. Benjamin et Lizzie devront alors résoudre deux mystères : comprendre la disparition de Madame Canning et Charlotte afin de les retrouver vivantes et trouver des preuves pour confondre une meurtrière qui a échappé à la justice pendant dix-sept ans.

Ce cinquième tome est, selon moi, le moins réussi de tous. Mon ressenti est mitigé: j'étais ravie de retrouver ce couple pour une nouvelle enquête et l'ambiance de l'Angleterre du XIXe siècle décrite par Ann Granger me plait toujours autant. Mais cette double intrigue ne m'a pas convaincue. Le début était prometteur mais la disparition de Madame Canning et sa fille vient se greffer à la première enquête sans apporter de véritable intérêt à l'histoire. L'enquête de la disparition est intéressante parce qu'elle décrit la condition féminine et les malheurs que les femmes du XIXe siècle devaient fatalement subir. Mais elle n'est pas intéressante en elle-même et elle est vite résolue par le lecteur. L'intrigue concernant le meurtre vieux de dix-sept est plus palpitante mais elle s'essouffle à cause de la seconde enquête qui l'a ralentie. Enfin, Lizzie Ross n'est pas assez présente à mon goût.
J'espère que cette petite déception avec Le témoignage du pendu sera effacée par un sixième volume qui aura les qualités des volumes précédents !

Fanny

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle chez Fanny et de A year in England chez Titine.

                                     13567018_10210036716705510_2905431851464497278_n.jpg                3749469554.png

06/09/2016

Chaleur du sang, Irène Némirovsky

14184488_1052014611582566_8575569790517479616_n.jpg

L'été dernier, j'avais lu et adoré Suite Française. J'avais été bien incapable de partager mon avis tant le roman était dense, riche et beau. Avec Chaleur du sang, roman plus court, je m'en sens à peu près capable.

Le roman se déroule dans les années 30 dans la campagne bourguignonne. Silvio, un vieil homme, assiste au mariage de Colette, la fille d'une amie, et de François. Le lecteur suit plusieurs couples : il y a Colette et François, fraîchement mariés, Brigitte, mariée à un vieil homme mais qui aime passionnément son amant Marc et Hélène et François, les parents de Colette, qui s'aiment comme au premier jour lorsque Hélène était encore l'épouse d'un premier mari. Les destins de ces trois couples sont tous entremêlés par des secrets qu'ils pensaient enfouis mais qui resurgissent lors d'un événement tragique qui affectera Colette et Françoise. Du haut de sa sagesse et sa solitude, Silvio, le narrateur, observe ces passions amoureuses et se souvient de sa propre jeunesse, à l'époque lointaine où il brûlait encore de cette "chaleur du sang", disparue pour lui aujourd'hui.

Ce roman est un tableau réaliste et acerbe de la campagne et des paysans qui n'est pas dénué de tendresse pour le monde rural. Chaleur du sang est une tragédie, celle de la jeunesse qui brûle et se consume dans ses amours et ses égarements et celle de la vieillesse qui se meure par manque de passions. Irène Némirovsky dresse un sublime portrait de la jeunesse et de la vieillesse. C'est également la tragédie de tout un village dans lequel tous les habitants semblent liés par un même destin inéluctable. L'événement tragique qui bouleverse la vie de ces trois couples parait inévitable au regard du passé de leurs ancêtres et de leurs secrets. L'écriture d'Irène Némirovsky est incroyablement belle, délicate et poétique. Je suis de nouveau sous le charme de l'intrigue, des personnages et de l'écriture d'Irène Némirovsky.

"Je ressemble à un faune : un vieux faune vraiment, qui ne court plus les nymphes, qui se cache au coin de son feu. Et comment décrire les plaisirs que j'y trouve ? Je jouis de choses simples et qui sont à ma portée : un bon repas, un bon vin, ce carnet où je me procure, en y griffonnant, une joie sarcastique et secrète ; par-dessus tout la divine solitude. Que me faut-il de plus ? Mais, à vingt ans, comme je brûlais !...Comment s'allume en nous ce feu ? Il dévore tout, en quelques mois, en quelques années, en quelques heures parfois, puis s'éteint. Après, vous pouvez dénombrer ses ravages. Vous vous trouvez lié à une femme que vous n'aimez plus, ou, comme moi, vous êtes ruiné, ou, né pour être épicier, vous avez voulu vous faire peintre à Paris et vous finissez vos jours à l'hôpital. Qui n'a pas eu sa vie étrangement déformée et courbée par ce feu dans un sens contraire à sa nature profonde ? Si bien que nous sommes tous plus ou moins semblables à ces branches qui brûlent dans ma cheminée et que les flammes tordent comme elles veulent."

Fanny

 

21/07/2016

Les Quatre soeurs, Enid, Hortense et Bettina, Malika Ferdjoukh et Cati Baur

J'ai longtemps vu des articles sur ces bandes dessinées avant de me lancer. C'est chose faite et je regrette de ne pas avoir découvert ces cinq formidables sœurs avant ! La série s'appelle Quatre sœurs alors qu'elles sont cinq (c'est comme pour Les Trois Mousquetaires, on en enlève un au décompte). Quatre sœurs sont avant tout des romans jeunesse écrits par Malika Ferdjoukh devenus des bandes dessinées sous le crayon de Cati Baur.

Chaque tome s'attache à une sœur et à une saison. Charlie, l'aînée, tire le diable par la queue pour subvenir aux besoins de ses sœurs depuis la disparition de ses parents et pour que la Vill'Hervé, la maison familiale, ne tombe pas en ruines. Chaque sœur a un caractère bien trempé et de petits secrets. Chacune voit, à certains moments, le fantôme de leurs parents auxquels elles se confient ou demandent de l'aide. L'horrible et très drôle (bien malgré elle), tante Lucrèce, leur tutrice légale ne les aide pas et n'est là que pour les enquiquiner. Les cinq sœurs font de nouvelles rencontres amicales ou amoureuses dans chaque tome et ces personnages se retrouvent au fil de la série.

13150928_1696630533941531_1154305730_n(1).jpg

Le premier tome porte le nom d'Enid, la plus jeune de la fratrie, et se déroule durant l'automne. Enid, c'est une enfant un brin sauvage qui considère les animaux, les chats de la maison mais aussi les chauve-souris, comme ses amis. Elle est persuadée d'entendre hurler un fantôme dans le parc autour de la maison la nuit mais personne ne la croit. Alors que ses sœurs aînée se démènent pour trouver de l'argent pour que la Vill'Hervé ne s'écroule pas, que Bettina jalouse Colombe qui vit avec elles pour un moment, Enid n'a qu'une obsession : retrouver Swift, sa chauve-souris disparue après une tempête.

Quatre-soeurs-tome-2-couverture-791x1024.jpg

Le deuxième tome, Hortense, se déroule durant l'hiver et suit le parcours de la quatrième sœur. Hortense est une adolescente timide et elle n'aime rien tant que lire et écrire dans son coin. Hortense se cherche dans ce tome: qui va-t-elle devenir ? Comment faire pour ne plus devenir écarlate dès qu'un professeur l'interroge ? Et si la solution était le théâtre ? Hortense va alors se lancer sur les planches pour se trouver.

13573387_1746838222261913_1192947734_n.jpg

Dans le troisième tome, le dernier paru à ce jour, Bettina, la peste de la fratrie cherche à reconquérir un amoureux dont elle n'a pas voulu dans le livre précédent. Bettina a 14 ans et elle aime tout particulièrement se pomponner, être remarquée par les jolis garçons et rigoler avec ses copines. L'argent manque à la Vill'Hervé et Charlie décide de prendre un locataire dans la maison mais ce joli cœur fait tourner la tête des filles et plus particulièrement de l'aînée en couple avec un gentil médecin de campagne.

Quatre-soeurs-tome-2-première-planche.jpg   

Cette série est un véritable coup de cœur. Les cinq sœurs sont très attachantes, elles le sont tellement que j'ai bien du mal à trouver une préférée. J'ai peut-être une petite préférence pour Bettina, cette peste superficielle qui cache son bon cœur et dont les traits d'ironie me font bien rire. Elles inspirent toute une grande tendresse au lecteur. L'histoire de ces cinq sœur faite des espoirs et des souffrances de chacune est très agréable à suivre au fil des tomes. Malika Ferdjoukh a crée une atmosphère, de petites intrigues et des personnages qui ont un quelque chose de plus qui nous donne envie de nous replonger dans ces livres aussitôt terminés. Rien ne manque dans cette série : ces sœurs sont drôles, intelligentes, solidaires et très humaines avec leurs petits défauts. Les dessins de Cati Baur sont vraiment magnifiques, ils sont tout doux et poétiques. Les cinq sœurs sont belles comme des cœurs et les représentations des paysages alentour et de la Vill'Hervé sont très réussies.

Enfin bref, pour conclure, on aimerait bien que ces cinq sœurs soient nos voisines !

http---www.editions-ruedesevres.fr-sites-default-files-public-quatre_soeurs_t1_2_1.jpg

Fanny

 

29/06/2016

L'été avant la guerre, Helen Simonson

9782841118908.jpg

Beatrice Nash arrive à Rye, petite ville rurale du Sud de l'Angleterre, durant l'été 1914. Elle est la nouvelle professeur de latin de l'école de Rye. Orpheline depuis peu, Beatrice sait que ce poste lui permettra de s'affranchir de la tutelle de sa tante bourgeoise et de mener la vie qu'elle souhaite en restant célibataire et en écrivant. Agatha Kent, femme à fort caractère influente dans le village, l'accueille, la chaperonne et lui présente le beau monde du village mais aussi les familles moins fortunées. Beatrice rencontre également les deux neveux d'Agatha: Daniel, poète cynique, extravagant et d'une grande beauté et son cousin Hugh, médecin intelligent et drôle. Beatrice n'est pas insensible aux charmes de Daniel et à l'intelligence de Hugh. Elle s'attache également à Agatha qui la défend et la protège des attaques de la femme du maire, Bettina Fothergill, première concurrente et ennemie d'Agatha. Le cercle d'Agatha Kent compte également un écrivain de renom que Beatrice admire, la fille du pasteur militant pour le droit de vote des femmes, des bourgeoises et plus tard un professeur belge réfugié en Angleterre avec sa fille. Alors que Beatrice rêve de publier un recueil des lettres de son père, que Daniel désire créer une revue poétique avec un ami et que Hugh fait des projets matrimoniaux et professionnels, la guerre est déclarée. Elle chamboule la vie de tous les personnages: homme et femme, envoyé au front en France ou resté en Angleterre.

13516560_997113427072685_7550879752366725369_n.jpg

Les personnages imaginés par Helen Simonson sont très attachants. Ils sont le point très positif du roman: ils sont intelligents, drôles, sensibles et ne peuvent laisser insensibles. J'ai adoré les échanges sarcastiques ou moments de tendresse entre Daniel et Hugh. Agatha Kent est également très vive, tendre et drôle. La petite "guéguerre" qu'elle mène contre l'épouse du maire pour avoir la plus grande influence possible dans le village est très drôle. Helen Simonson a su équilibrer des instants de légèreté et d'ironie et d'autres tragiques et touchants dans son roman. La fin est très réussie et particulièrement émouvante. 

J'ai trouvé que le roman était un peu trop long, particulièrement au début. J'ai cru que Beatrice occuperait dès les premières pages son poste de professeur et que la guerre serait déclenchée très rapidement. Le début est trop long mais je crois que l'auteur avait tout de même besoin de tout ce temps pour créer une certaine ambiance et pour nous présenter tous les personnages du village. L'ambiance est réussie : entre ragots, guéguerres, amitiés, vieilles rancunes, rivalités, le lecteur s'amuse de tous ces personnages et a vraiment l'impression de faire partie du village. On a un peu l'impression de se trouver dans le village de Donwnton Abbey ou dans celui des Dames de Cranford d'Elizabeth Gaskell.

Helen Simonson parvient également à dresser le portraits des laissés pour compte du début du Xxe siècle: les femmes et les pauvres. Les femmes sont encore les gentilles marionnettes qui doivent faire ce que la société attend d'elles: Beatrice ne peut pas disposer de son héritage comme elle l'entend, elle ne peut pas affirmer qu'elle écrit sans se faire traiter d'idiote, l'intelligente Abigail a été retirée de l'école car elle doit être une sage petite servante, Mme Witte, divorcée et écrivain à succès est la pariât du village. Les pauvres sont destinés à le rester et même le directeur d'école n'espère pas que la culture et l'enseignement puissent leur permettre une ascension sociale. Beatrice semble être l'héroïne du roman mais de nombreux personnages ont une place très importante. Helen Simonson a dressé le portrait des hommes et des femmes de toute une époque qui s'apprête à sombrer dans l'horreur.

L'été avant la guerre contient des longueurs mais reste une lecture agréable. Les personnages intelligents, drôles et l'ambiance créée dans le roman sont plein de charmes.

Je remercie les éditions Nil et Babelio pour cette agréable lecture !

Fanny

Lu dans le cadre du mois anglais chez Cryssilda et Lou.

11694975_1578774289054555_2528089989659185866_n.jpg         NIL_logo_s.jpg       Babelio-logo-2.png

 

 

 

20/06/2016

Freddie Friday, Eva Rice

13434801_986289448155083_6732943014049692653_n.jpg

 

Marnie est l'élève exemplaire d'un lycée privé, douée en mathématiques et belle fille d'un acteur célèbre. Miss Crewe est sa brillante professeur de mathématiques, ancienne danseuse et amoureuse blessée depuis de longues années. Marnie et Miss Crewe sont tour à tour narratrices. Pour fêter sa réussite spectaculaire à un examen de mathématiques, Marnie et son amie Rachel font l'école buissonnière. Devant l'usine de la ville, elles rencontrent un jeune homme mystérieux, Freddie Friday, qui attire Marnie comme un aimant. Elles boivent plus que de raison et lorsqu'elles rentrent au lycée pour participer à la traditionnelle cérémonie qui consiste à nager dans la piscine, dans l'obscurité et en tenant une chandelle dans la main, un drame se produit. La vie de Marnie est alors bouleversée. Elle se rappelle de ce jeune homme rencontré avant le drame: Freddie Friday. Son obsession est de le retrouver. Freddie est un électricien qui passe ses samedis après-midi à danser clandestinement dans l'usine dans laquelle il travaille. Il ne vit que pour la danse malgré les réticences de son grand-père chez lequel il vit depuis le décès de ses parents. Marnie découvre son rêve de gloire et lui propose de lui trouver un professeur pour l'aider à progresser: Miss Crewe, l'ancienne danseuse qui a dû devenir professeur de mathématiques. Miss Crewe accepte sur un coup de tête de s'embarquer dans l'aventure proposée par Marnie : elle passe ses samedis avec Marnie et Freddie dans l'usine. Ces cours à la sauvette la replonge dans son propre passé, dans ses aventures à New-York alors qu'elle cherchait à être remarquée et à vivre de sa passion et dans ses rêves d'amour auprès de Jo. Elle remue des souvenirs qu'elle désire enterrer depuis de longues années mais dont elle ne parvient pas tout à fait à se défaire. Marnie, quant à elle, a l'impression d'avoir tout perdu et s'accroche aux rêves de Freddie comme si c'était les siens. Chaque membre du trio vit dans l'attente de ces retrouvailles du samedi après-midi. Des relations complexes se tissent entre les personnages. La rencontre de ce trio laissera une trace indélébile dans la vie de chaque personnage.

Freddie Friday est un roman d'apprentissage très agréable à lire et Eva Rice ne cherche jamais la facilité dans sa narration ou dans les personnalités des personnages et leurs relations. Le lecteur n'a pas l'impression que tout est tracé dès le début. Le roman réserve des surprises au lecteur. J'ai beaucoup aimé la double narration féminine: celle de Marnie qui cherche une lumière pour sortir de l'obscurité dans laquelle elle est plongée, qui découvrira un secret familial et qui est follement amoureuse de Freddie et celle de Miss Crewe, tournée vers le passé et qui lui permet de dépasser ses blocages. Les trois personnages principaux sont une grande qualité du roman: ils tous les trois attachants et ne sont pas lisses ou mièvres même si l'un des grands thèmes du roman est l'amour. Mention spéciale pour le frère de Marnie, Caspar, jeune homme intelligent et a l'humour noir.

N'étant pas une fanatique des mathématiques (...) et la danse n'étant pas la forme artistique qui me plait le plus, j'avais un peu peur de passer parfois "à côté" de certains passages du roman mais ce ne fut pas du tout le cas !

Freddie Friday est un roman touchant et agréable qu'il faut lire au plus vite ! Je le vois très bien trôner très vite sur les chaises longues de jardin et serviettes de plage cet été.

Je remercie vivement les Editions Baker Street et Madame Liebow qui m'a fait découvrir la fameuse Eva Rice dont les deux premiers romans ont été des succès !

Fanny

Lu dans le cadre du mois anglais et de la journée auteur anglais contemporain organisés par Cryssilda et Lou.

40eedf0fdabe3928abf88e5170f09aa7_400x400.jpeg          3472899442.jpg

 

09/06/2016

Le cottage natal de Thomas Hardy et Max Gate, Dorchester

DSCN4270.JPG

Voici enfin le second billet sur mon voyage en Angleterre ! Je me replonge avec plaisir dans ce voyage avec mes photos et les livres que j'ai achetés sur place. Vous pouvez agrandir les images si vous le souhaitez en cliquant dessus.

Le mercredi 13 avril, avant d'aller à Chawton nous avons passé la journée à Dorchester. Après avoir tant aimé les oeuvres de Thomas Hardy mais aussi Hiver de Nicholson je rêvais de visiter le cottage de Thomas Hardy. Contrairement à ce que je croyais après ma lecture du roman Hiver, l'auteur n'a pas vécu toute sa vie dans ce cottage.

DSCN4289.JPG

Avant les visites, nous avons pique-niqué dans la forêt qui entoure la maison natale de Thomas Hardy. La mise en scène de la découverte de la maison est incroyable. Le visiteur doit choisir un sentier de randonnée: celui de 15 minutes ou celui de 35 minutes. Ce chemin le mènera jusqu'à la maison de l'auteur qu'il pourra apercevoir depuis un promontoire avant d'arriver sur les lieux. Le cottage de la famille et le jardin sont plein de charme. Construit par son grand père, le cottage abrita la famille sur plusieurs générations. Thomas Hardy est né dans ce cottage, entouré par ses deux soeurs et son frère. Thomas Hardy a écrit ses premières oeuvres dans ce cottage dont Loin de la foule déchaînée. Dans chaque pièce, nous pouvons trouver un petit livre qui contient tout ce qu'il y a à savoir sur l'endroit et sur ses habitants. On apprend alors, qu'un jour, la mère de Thomas Hardy a trouvé un serpent dans le berceau de l'enfant endormi ou encore que l'auteur aimait se trouver dans la cuisine avec sa grand-mère pendant qu'elle repassait et qu'elle lui racontait la vie de Napoléon. Le cottage, le jardin, le décor qui l'entoure sont très émouvants. Avec ce ciel bleu, j'avais l'impression de me trouver dans l'endroit le plus apaisant au monde. Si le paradis existe, j'imagine qu'il ressemble à cet endroit ! Plusieurs petites randonnées sont possibles autour du cottage et sont très agréables à faire.

DSCN4298.JPG

 

DSCN4304.JPGDSCN4315.JPGDSCN4317.JPG

Ensuite, nous avons repris la voiture pour aller visiter Max Gate, la maison dessinée par Thomas Hardy et construite par son frère après les succès littéraires de l'auteur. Max Gate est une belle et grand demeure mais qui n'a pas tout le charme du cottage. Thomas Hardy a vécu dans cette maison avec ses deux épouses, il y a écrit la majorité de ses oeuvres et il y est décédé.

DSCN4334.JPG

L'accueil est exceptionnel. Les gens qui travaillent dans Max Gate sont véritablement passionnés par Thomas Hardy et ils étaient si heureux de voir des Françaises de moins de 60 ans que nous avons été traitées comme des reines ! Nous avons d'abord été reçues comme Thomas Hardy recevait ses invités: nous nous asseyons près de la cheminée, le guide s'assoit quant à lui dans le siège principal, à la place de Thomas Hardy et nous raconte l'histoire de l'auteur et de la maison. Wessex, le chien favori de Thomas Hardy est même présent près de la cheminée sous la forme d'une peluche. Aucun objet de la maison n'est d'époque donc le guide vous encourage à toucher les bibelots ou à s'asseoir où l'on veut pour avoir l'impression d'être un hôte de Thomas Hardy. J'ai adoré cet aspect de la visite. Le jardin est magnifique également.

DSCN4344.JPG

 

 DSCN4370.JPG     DSCN4374.JPG      

Nous nous sommes ensuite promenés dans Dorchester qui est une petite ville agréable. Nous avons pu voir la maison qui a inspiré la demeure du héros dans  Le Maire de Casterbridge mais aussi la statue de Thomas Hardy qui fut inaugurée par son ami James Matthew Barrie.

DSC_0609.JPG

Le lendemain matin, avant de reprendre la route pour Chawton, nous sommes allées jusqu'à Stinsford qui est un hameau collé à Dorchester afin de visiter l'église dans laquelle Thomas Hardy a été baptisé et qu'il avait l'habitude de fréquenter. La dépouille de Thomas Hardy se trouve à l'Abbaye de Westminster à Londres mais son coeur est enterré dans le petit cimetière accolé à l'église auprès de sa famille et de ses deux épouses.

DSCN4419.JPG

DSCN4421.JPG

Comme vous l'avez certainement compris, j'ai été extrêmement émue par cette journée et par ses visites. Je réalisais l'un de mes rêves. Si un jour vous avez l'occasion de visiter Dorchester et ces deux maisons, n'hésitez surtout pas !

DSCN4436.JPG

Fanny

Billet écrit dans le cadre du mois anglais et de la journée consacrée à la campagne anglaise organisés par Lou et Cryssilda 3127445033.jpg