Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2017

Tante Wussi, Kartin Bacher et Tyto Alba

Couv_304029.jpg

Wussi, une vieille dame, reçoit souvent la visite de sa petite nièce. Au cours d'un déménagement, elle retrouve des albums photos. En parcourant les pages, Wussi remonte le temps et raconte à sa petite nièce sa vie et celle de sa famille dans une Europe aux multiples guerres.

Au début des années 30, le père de Wussi découvre Majorque au détour de cartes postales. Il tombe amoureux de cette île, quitte l'Allemagne et s'installe à Majorque avec toute sa famille. La vie paisible de la famille est bouleversée par les Franquistes qui prennent possession de l'île et instaurent violences et répressions. Pour fuir la guerre civile espagnole, Wussi et sa famille envisagent de retourner en Allemagne mais la mère de Wussi est d'origine juive.... Alors qu'ils connaissent l'existence des lois discriminantes vis-à-vis des juifs et les risques qu'ils prennent, la famille décide de repartir en Allemagne. Pris au piège entre ces deux guerres et ces deux pays, Wussi et sa famille seront séparés et malmenés par l'Histoire avec sa grande Hache pour reprendre les mots de Georges Perec. 

2184_P3.jpg

Les dessins de Tyto Alba ressemblent à des aquarelles. Les couleurs claires et les formes choisies pour représenter les humains m'ont fait penser aux tableaux de Marie Laurencin. Ce roman graphique est très instructif : j'ai appris beaucoup de chose sur la situation de Majorque pendant la guerre civile. L'histoire de Wussi et de sa famille est très émouvante. Leur double tragédie est un témoignage touchant de la situation catastrophique de l'Europe au XXe siècle. Le lecteur peut découvrir les véritables photographies de Wussi et de sa famille dans les dernières pages du roman graphique. Katrin Bacher achève l'histoire de Wussi par une réflexion douce amère : en quelques dessins, elle nous montre la situation de l'Allemagne d'aujourd'hui hantée par ses vieux démons. Des Allemands s'inquiètent du nationalisme renaissant alors que d'autres, tristes reflets d'une autre époque, prônent le repli du pays.

Je remercie Babelio et les éditions Steinkis.

Fanny

2184_P2.jpg

2843307054.png

                         0b97df6211652432f4516e49b2468a20134740d7.jpg

30/06/2017

L'Aventure du ruban moucheté et Le Diadème de Béryls, Arthur Conan Doyle et Christel Espié

810MufPn5bL.jpg    Couv_213793.jpg

Les éditions Sarbacane publient des textes classiques accompagnés par de superbes illustrations. Christel Espié a illustré deux nouvelles d'Arthur Conan Doyle qui mettent en scène Sherlock Holmes et son fidèle acolyte, le docteur Watson.

IMG_20170630_182912_336 (1).jpg

Dans L'Aventure du ruban moucheté, une jeune femme implore l'aide du célèbre détective. Elle vit dans un vieux manoir avec son beau-père. Elle se sent seule depuis la mystérieuse mort de sa soeur. Une nuit, elle entend un sifflement dans sa chambre. Quelques instants avant de mourir, sa soeur lui avait parlé de ce mystérieux bruit.... Craignant pour sa vie et ne supportant plus d'ignorer les causes de la disparition de sa soeur, elle demande à Sherlock Holmes de percer le mystère. 

Un homme affolé et désespéré débarque un jour chez Sherlock Holmes dans Le diadème de Béryls. Il raconte au détective que son propre fils lui a dérobé un diadème précieux confié à ce financier par un célèbre personnage de l'Etat. Il ne parvient pas à y croire mais il a surpris son fils dans la nuit alors qu'il tenait le diadème dans ses mains. Sherlock Holmes cherchera alors a innocenté ce fils et à retrouver les diamants disparus.   51hL1j3CbZL.jpg

J'ai adoré ces deux lectures : les intrigues d'Arthur Conan Doyle sont toujours plaisantes à lire même si ces nouvelles plus courtes ne maintiennent pas aussi bien le suspense que ses romans. Le lecteur peut découvrir facilement le dénouement des intrigues. J'ai eu une petite préférence pour l'intrigue de L'Aventure du ruban moucheté. Les illustrations de Christel Espié ont été une très belle découvertes pour moi : les dessins et les couleurs nous plongent avec plaisir dans l'Angleterre du XIXe siècle. Ils sont très élégants et conviennent parfaitement au héros d'Arthur Conan Doyle.

89345721_o.jpg

Je pense poursuivre ma découverte de cette illustratrice avec Tom Sawyer détective publié également aux éditions Sarbacane.

Lu dans le cadre du mois anglais chez Lou et Cryssilda

Fanny

1546307567.jpg

29/06/2017

Le brouillard tombe sur Deptford, Ann Granger

9782264070623.jpg

J'avais été très déçue par Le témoignage du pendu, le cinquième volume des aventures de Lizzie et Ben Ross mais je n'avais pas envie pour autant d'arrêter définitivement la lecture de cette série. En commençant Le brouillard tombe sur Deptford j'espérais vraiment retrouver la qualité des quatre premiers romans. Mes retrouvailles avec les héros ne furent pas complètement réussies. 

Mrs Clifford est retrouvée la nuit dans une ruelle de Deptford, quartier malfamé de Londres. La présence du cadavre de cette femme bien vêtue et respectable dans le quartier trouble les policiers. Dépassés par les nombreuses affaires de Deptford, les inspecteurs du secteur demandent à Scotland Yard de les aider. Benjamin Ross débute son enquête et découvre que le dernier homme à avoir vu cette femme vivante n'est autre qu'un membre de la famille de Lizzie par alliance. Edgar Wellings est un joueur fauché qui avait une bonne raison de vouloir faire taire Mrs Clifford. Alors que Ben aura à coeur de résoudre cette énigme, Lizzie essaiera d'étouffer le scandale et de protéger sa famille.

Cette dernière enquête du couple présente une intrigue moins prenante que celles des premiers volumes. Je l'ai trouvée un peu lente, comme celle du Témoignage du pendu. Un membre de la famille de Lizzie, une jeune femme qui lui demande souvent son soutien, est assez agaçante. Mais Ann Granger installe très bien le cadre de l'histoire et décrit la misère de nombreux Londoniens du XIXe siècle. Pour la première fois de la série, Ann Granger nous donne à voir la grande pauvreté et le lecteur s'interroge vraiment sur les problèmes sociétaux de cette époque.

Lu dans le cadre de la lecture commune sur Ann Granger dans le mois anglais de Lou et Cryssilda.

Fanny

1546307567.jpg

24/06/2017

Meurtre en Mésopotomie, Agatha Christie

IMG_20170614_140031_366.jpg

Pour la lecture commune polar du mois anglais j'ai choisi un Agatha Christie qui n'est pas son roman le plus "british" .... mais je l'avais depuis un moment dans ma pile à lire et j'avais particulièrement envie de le lire !

J'aime beaucoup me plonger dans les romans de la reine du crime: on est rarement (voire jamais) déçu et elle me donne toujours un petit coup de jeune. Quand je lis un Agatha Christie, j'ai l'impression d'être de nouveau l'adolescente de 13 ans qui terminait vite ses devoirs pour se plonger dans Dix Petits nègres, Mort sur le Nil ou La mort n'est pas une fin.

Dans Meurtre en Mésopotamie, la narratrice est une infirmière: Amy Leatheran. Cette jeune femme vient s'installer dans un chantier de fouilles pour s'occuper de Mrs Leidner, l'épouse d'un archéologue. Terrifiée, celle-ci affirme qu'un homme portant un masque l'observe par la fenêtre la nuit, qu'elle reçoit des lettres anonymes de menaces et que quelqu'un cherche à la tuer. Amy se rend compte que l'ambiance sur le chantier est empoisonnée par des rancunes et que chacun a un ragot à lui raconter sur sa patiente. Mrs Leidner est finalement assassinée alors que personne ne prenait au sérieux ses angoisses.... 

Hercule Poirot sera confronté à un mystère de taille : personne ne semble être entré dans la cour qui donne accès à la chambre de la victime durant toute l'après-midi du meurtre. Il devra comprendre la personnalité énigmatique de la victime en fouillant dans son passé pour trouver son assassin. 

J'ai toujours beaucoup aimé les enquêtes qui se déroulaient en Afrique. Meurtre en Mésopotamie nous fait voyager mais nous pousse aussi à utiliser nos petites cellules grises ! (pour une fois j'avais trouvé l'assassin et le mobile mais pas le moyen employé pour arriver à ses fins...)

Lu dans le cadre de la lecture commune polar pour le mois anglais de Lou et Cryssilda. 

Fanny

1546307567.jpg

21/06/2017

La Séance, John Harwood

IMG_20170618_180713_188 (1).jpg

J'ai découvert ce titre grâce à Victoria du blog Mango and Salt. On ne peut le trouver qu'en grand format ou en poche d'occasion.

Le roman débute à la la fin du XIX e siècle par le récit de Constance Langton. Cette jeune fille est confrontée au décès d'Alma, sa petite soeur, et à la dépression de sa mère. Pour lui redonner courage, elle l'amène dans des sociétés spiritualistes afin de convoquer la présence d'Alma. Débute alors pour Constance un premier contact avec l'étrange et le surnaturel qui se développera au cours du roman. Après le décès d'un parent éloigné, Constance hérite de Wraxford Hall, un manoir maudit dans le Suffolk. John Montague, un avocat, la contacte pour cet héritage inattendu et la met en garde: si elle veut rester en vie, elle ne doit jamais habiter dans ce manoir.

John Montague est le premier à remonter le temps pour raconter à Constance et aux lecteurs le passé inquiétant de ce manoir et de ses habitants. Son récit sera complété par celui d'Eleanor Unwin, disparue après une nuit d'orage dans ce manoir. De nombreux événements marquants se sont déroulés dans ce manoir au fil des générations: morts violentes, disparitions mystérieuses, fantômes rôdant dans les bois alentours... Constance prendra alors des risques pour percer les mystères de ce manoir et connaître la vérité sur ses ancêtres.


Les 150 premières pages ont été difficiles à lire, je n'accrochais pas vraiment et j'avais l'impression de survoler les événements avec ces nombreux personnages sans me plonger complètement dans l'histoire. Mais ensuite je n'ai plus lâché ce roman. John Harwood force son lecteur à être actif pendant sa lecture : les événements sont énigmatiques mais les personnages aussi, on doute de la véracité de leur témoignage et on reste attentif à chaque détail. On est happé par l'intrigue et l'ambiance gothique, on frissonne à certains moments avec les personnages et on reconstitue cet immense puzzle avec plaisir. Ce roman est parfait pour la période d'Halloween pour son ambiance gothique ou simplement si on veut passer un bon moment de lecture.

Lu dans le cadre du mois anglais chez Cryssilda et Lou

Fanny

1546307567.jpg

 

16/06/2017

Randonnée mortelle, Agatha Raison, MC. Beaton

IMG_20170610_102558_033.jpg

J'ai découvert l'an dernier la série des Agatha Raisin grâce à Claire. Je n'avais encore jamais fait d'article pour rendre compte de mes lectures mais pour ce quatrième tome et pour le mois anglais, je me lance ! 

Après un séjour de six mois à Londres qui lui a paru une éternité, Agatha rentre à Caserly. Déçue par l'accueil peu chaleureux de son séduisant voisin, James, Agatha manigance déjà quelque chose pour l'intéresser. 

Sa réputation d'enquêtrice n'est plus à faire ! Une habitante de Caserly et sa nièce randonneuse lui demandent d'enquêter sur la mort d'un membre du groupe de randonnée. Jessica, chef du groupe, était une randonneuse engagée. Elle militait pour le droit de passage de son club dans les propriétés privées mais exerçait également son pouvoir sur les membres du groupe. 

Agatha profite alors de cette affaire pour se rapprocher de James. Ils intègrent le groupe de randonneurs pour enquêter en catimini en se faisant passer pour mari et femme. Cette situation entraîne des scènes rigolotes. 

L' enquête n'est pas inoubliable : l'intrigue n'est pas le plus important dans cette série. Ce que l'on aime c'est retrouver Agatha, son franc parler et ses manigances pour séduire James. 

La fin de cette quatrième aventure présente un événement important dans la vie privée d'Agatha qui nous donne envie de lire le cinquième tome rapidement ! 

Fanny

Lu pour le mois anglais organisé par Lou et Cryssilda

1546307567.jpg

14/06/2017

Lettres choisies de la famille Brontë

 IMG_20170517_134521_081 (1).jpg

Pour la première fois, les lettres de la famille Brontë sont traduites en Français. Etant une véritable quiche en Anglais, je suis ravie de pouvoir enfin les lire !

Ce recueil rassemble surtout des lettres de Charlotte adressées à son amie d'enfance Ellen Nussey, à ses éditeurs devenus de véritables amis mais aussi à Elizabeth Gaskell. On peut également trouver des écrits du Pasteur Brontë qui nous permettent de découvrir un homme moins austère que le portrait habituel qui dressé de lui dans les biographies de ses filles. Quelques lettres nous montrent la déchéance et les nombreux égarements de Branwell. Les lettres de Charlotte témoignent de son désespoir vis-à-vis de ce frère devenu un fardeau pour tous. Les écrits d'Emily et d'Anne sont malheureusement peu nombreux : quand Emily vivait à Bruxelles, elle laissait à Charlotte le soin d'écrire à leur famille.

Quelle joie de se plonger dans les esprits et la vie quotidienne de cette famille unique ! Cette lecture m'a permis non seulement de me remémorer des choses que j'avais déjà apprises lors de la lecture de biographies mais aussi de percevoir les sentiments précis des membres de la famille lors d'événements. La pudeur de Charlotte laisse certaines zones d'ombres que j'espérais voir un peu "éclairées" par ses lettres. Elle se refuse à parler de son amour pour M. Héger et reste très discrète sur l'écriture et la création de Jane Eyre, des Hauts de Hurlevent ou d'Agnès Grey.

Les lettres de Charlotte sur la maladie, le décès d'Emily et d'Anne sont bouleversantes. Les descriptions de la maison vide le sont tout autant. Préparez bien votre petit coeur pour lire ces instants de vie.

On découvre en étant un peu gêné l'admiration sans borne de Charlotte pour Emily qu'elle surnomme "le soleil" de la maison mais aussi ses remarques un peu condescendantes vis-à-vis d'Anne qu'elle juge faible. Peut-être que cette impression négative que j'ai eue ne tiens qu'à moi. Si vous avez-lu ces lettres avez-vous ressenti la même chose ?

On admire surtout la force et le courage sans faille de Charlotte, vivant seule avec son père, continuant à écrire, oubliant son propre bonheur, alors qu'en six mois elle a perdu ses sœurs et son frère.

Dernier délice de cette lecture: refaire dans mon esprit mon voyage à Haworth d'il y a quelques années en tournant les pages de ce recueil. 

Fanny

Lu dans le cadre de la lecture commune sur les auteurs Victoriens pour le mois anglais chez Cryssilda et Lou !

3389308085.jpg