Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2018

Le Club Jane Austen, Karen Joy Fowler

IMG_20180617_152020_832 (1).jpg

"Chacun de nous possède sa propre Jane Austen", c'est ainsi que débute Le Club Jane Austen.

En Californie, six adultes se retrouvent régulièrement pour parler des romans de Jane Austen. Ces cinq amies et cet homme ont des vies mouvementées qui trouvent des échos dans les péripéties vécues par les héroïnes de Jane Austen. À chaque personnage correspond un roman de la romancière qui éclaire la vie, les amours, les rencontres ou les malheurs de ces femmes et de cet homme. Nous rencontrons Jocelyn, la célibataire et Emma du club, une entremetteuse et dresseuse de chiens et Sylvia, sa meilleure amie qui vient d'être quittée par son époux. Allegra, sa fille cherche le grand amour et les sensations fortes, Bernadette, la plus âgée du groupe a vécu mille et une vie, Prudie, professeur de Français est trop sérieuse, Grigg, seul homme au milieu de toutes ces femmes, est avide de lire Jane Austen pour la première fois et de partager son amour de la science fiction.
Si j'ai aimé l'hommage à Jane Austen et à la lecture contenu dans ce roman je ne suis pas parvenue à enter complément dans l'intrigue. Les héros ne sont pas vraiment attachants et l'écriture ou la traduction ne m'ont pas plu. Même si dès le début de la lecture je savais que ce roman serait un divertissement, j'ai trouvé quelques longueurs à certains chapitres et je me suis assez souvent ennuyée. J'ai donc été très déçue. 
Par contre, j'ai trouvé que les compléments à la fin du roman étaient très intéressants comme les critiques et points de vue de plusieurs personnalités sur les romans de Jane Austen. 

600x800_215224.jpg
J'ai vu il y a quelques années le film adapté de ce roman. Je l'avais trouvé assez agréable à regarder mais sans le trouver marquant. Je pense tout de même que j'ai passé un meilleur moment en regardant l'adaptation qu'en lisant le roman. 
Avez-vous lu ou vu Le Club Jane Austen ?

Fanny

Lu dans le cadre de la journée de lecture commune sur Jane Austen organisée par Cryssilda et Lou. 

1546307567.jpg

14/06/2018

Miss Charity, Marie-Aude Murail

IMG_20180613_203048_348.jpg

Miss Charity est une enfant de cinq ans, renfermée sur elle-même, vivant au troisième étage de la maison, loin de ses parents qu'elle ne doit pas déranger, en compagnie d'une domestique écossaise qui la nourrit d'histoires de fantômes et de ses animaux auxquels elle apprend des tours farfelus.  Un perceptrice française rejoint le petit monde clos de Charity et le transforme du tout au tout en lui enseignant le dessin. Miss Charity dépasse bientôt son maître : ses illustrations sont admirées par son entourage.

La fillette devient une adolescente, reconnue pour son intelligence mais non pour sa beauté, coincée entre deux cousines exubérantes qui cherchent déjà à attirer les regards des jeunes hommes. Ses deux cousines se battent pour obtenir l'attention de Kenneth Ashley, un jeune homme amusant et solaire, aimé par tous. 

Alors que ses cousines s'occupent de leurs prétentants, que sa préceptrice française la quitte pour épouser Her Schmal le percepteur allemand de son cousin, Miss Charity se demande ce qu'elle va faire de sa vie et quel événement pourrait bien venir chambouler cette existence monotone qui l'ennuie. Son père est préoccupé par des problèmes financiers, sa mère ne cesse de lui reprocher sa mauvaise tenue en société, sa domestique écossaise tient des propos de plus en plus inquiétants. Charity dessine, pour conjurer l'ennui mais aussi pour le bonheur des plus petits, des histoires qui mettent en scène ses animaux. Elle sent en elle une volonté et une force de caractère qu'elle ne sait comment employer. Herr Schmal l'encourage alors à chercher un éditeur. 

78613459_o.jpg

Miss Charity est un coup de coeur absolu. La jeunesse de Beatrix Potter romancée par Marie-Aude Murail est un délice.

Le roman est illustré par Philippe Dumas et ses dessins accompagnent parfaitement cette histoire. Le début, lorsque l'héroïne n'a que cinq ans, est plutôt enfantin et léger. Les aventures et jeux de Charity avec ses animaux sont mignons et charmeront les petits et les grands. La suite du roman est plus sérieuse et touchante selon moi. Cette Miss Charity, talentueuse et peu sûre d'elle, est très émouvante et attachante. J'ai adoré suivre le parcours de cette jeune femme, se sentant pleine de volonté et d'idées, mais ne sachant comment les utiliser. J'ai beaucoup aimé la façon dont Marie-Aude Murail décrit la condition des femmes artistes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle au sein de leur famille et de la société. L'autrice explique d'ailleurs qu'elle a choisi de romancer la vie de Beatrix Potter mais elle aurait pu tout autant retracer le destin de Jane Austen, la Comtesse de Ségur, George Sand ou Charlotte Brontë. L'écriture est exquise et les petites touches d'humour ne cessent de nous faire sourire. Enfin, les clins d’œil littéraires sont disséminés tout au long du roman : certains extraits sont des hommages à Jane Eyre, Oscar Wilde surgit sous les yeux émerveillés du lecteur et des extraits des pièces de Shakespeare accompagnent l'héroïne et le lecteur. 

Si vous n'avez pas encore lu Miss Charity, vous avez manqué une lecture délicieuse et un pur moment de bonheur. Miss Charity fait partie de ces romans que nous avons du mal à quitter et qui laissent une empreinte en nous encore longtemps après que nous les ayons refermés.

56955067.jpg

 " Qu'est-ce qu'elle a ? Est-elle malade ?

- Elle est folle. Elle récite du Shakespeare au milieu de tout un ramassis de bestioles !

J'ignore d'où elle tenait son information, mais je dus reconnaître que que c'était un assez bon résumé de ma vie."

 

" Je lisais et je me mettais à aimer violemment des gens que je n'avais jamais vus, à les aimer comme je n'avais jamais aimé personne, et à vouloir leur bonheur de toutes mes forces." 

 

Fanny

Lu dans le cadre de la lecture commune d'un roman jeunesse organisée par Cryssilda et Lou

1546307567.jpg

04/06/2018

Témoin indésirable, Agatha Christie

IMG_20180603_141122_088.jpg

On ne pas mieux débuter le mois anglais qu'avec un roman d'Agatha Christie ! 


Témoin indésirable commence par la visite du Docteur Calgary à la famille Argyle: le docteur vient leur annoncer qu'il est l'alibi du fils de famille, Jack, accusé deux ans plus tôt d'avoir tué sa mère adoptive. Engagé dans une expédition scientifique et ayant subi une commotion qui a entraîné une amnésie partielle, Calgary s'est souvenu quelques jours plus tôt qu'il était l'homme qui avait pris en stop Jack à l'heure du crime. La famille n'en revient pas: Jacko, le voyou, le mauvais frère et le fils ingrat, décédé en prison, n'était donc pas l'assassin. Cette nouvelle, loin de soulager la famille comme l'espérait le docteur Calgary, agace la maisonnée et la police. Quel membre de la famille a donc assassiné deux ans plus tôt madame Argyle, femme au grand cœur et vertueuse ? Pas d'Hercule Poirot ou de Miss Marple pour enquêter dans Témoin indésirable. Calgary, un membre de la famille, Philip le gendre infirme et l'ancien enquêteur en charge de l'affaire cherchent tous les trois à identifier l'assassin qui pensait bien être passé entre les mailles du filet. 

À moins de la moitié de ma lecture, je me suis malheureusement souvenue d'une adaptation télévisée que j'avais vue. La série de France 2 Les Petits meurtres d'Agatha Christie a adapté le roman il y a quelques années. L' assassin et le mobile n'étaient plus des mystères mais j'ai tout de même grandement apprécié cette lecture pour l'atmosphère que j'aime tant dans les romans d'Agatha Christie. J'ai pu également observer les indices que la romancière distille tout au long de l'intrigue et cette façon de lire particulière fut une expérience intéressante. 

0760893.jpg

J'ai regardé immédiatement après l'adaptation récente de la BBC et j'ai été surprise par toutes les libertés que la série a prises vis-à-vis du roman: c'est la première fois que je vois une adaptation changer le meurtrier. Même si on s'éloigne de l'oeuvre originale et que l'ambiance au sein de la famille est plus violente que dans le roman, j'ai tout de même passé un bon moment.


Bon mois anglais à vous !

4190396802.jpg

Lu dans le cadre de la lecture commune d'un roman policier organisée par Cryssilda et Lou

Fanny 

1546307567.jpg 

28/05/2018

Le mois anglais

IMG_20180526_165440_745.jpg

Chaque année, c'est une joie de retrouver le mois anglais ! C'est le seul rendez-vous auquel je reste fidèle sur la blogosphère. J'ai constitué une pile à lire, j'ai déjà commencé certaines lectures et j'espère les terminer en temps et en heure pour les lectures communes. Vaste ambition que je ne suis pas certaine de tenir !

- Roman policier : 4 juin : Témoin indésirable, Agatha Christie

- Journée victorienne : 11 juin : Les yeux bleus, Thomas Hardy

- Let's meet Agatha -  Agatha Raisin : 12 juin : Agatha Raisin, Coiffeur pour dames, MC.Beaton

- Roman jeunesse : 14 juin : Miss Charity, Marie-Aude Murail 

- Jane Austen : 18 juin : Le Club Jane Austen, Karen Joy Fowler

- Un classique (XIXe ou avant) : 25 juin : Frankenstein, Mary W.Shelley

Je remercie vivement Lou et Cryssilda pour tout leur dévouement et pour ce mois de juin si particulier !

Fanny

1546307567.jpg

25/05/2018

Neigeline, Li Lamarre et Odile Santi

Neigeline.jpg

Neigeline est une petite boule de neige qui s'ennuie dans le paysage immaculé de la montagne et rêve de voir un monde tout en couleurs. Un jour, le vent la pousse et elle dégringole les parois de la montagne. Enfin ! Elle découvre un monde coloré, lumineux, dans lequel les fleurs poussent et les animaux vivent. Elle s'étonne de chaque chose et le printemps l'émerveille. Mais le beau temps annonce aussi sa disparition. Sa disparition ? Pas tout à fait puisque Neigeline se transforme en eau qui rejoint le ruisseau dansant. 

neigeline-intc3a9rieur.jpg

 

 Neigeline, arrivée en bas de la montagne, prononce ces mots : " C'est un rêve ? Comme c'est beau ! " 

J'ai eu la même impression en lisant cet album poétique et beau à tout points de vue. Ce conte initiatique est doux mais aussi mélancolique. Neigeline remerciant sa montagne pour sa protection, lui expliquant son besoin de partir, nous fait forcément penser à la séparation du jeune adulte d'avec sa famille. Neigeline fondant au soleil nous rappelle notre propre disparition. Cette histoire inventée par Li Lamarre est un très bel apprentissage de la vie et de la liberté.

Les dessins d'Odile Santi laissent rêveur, comme Neigeline dans l'histoire. Ils dégagent une grande poésie, une douceur consolatrice et les couleurs sont lumineuses. La représentation de la montagne et de la vallée est superbe et donnera envie aux petits et grands lecteurs de se promener très vite dans la nature. 

Cet album tout entier est un plaisir pour les yeux et pour l'esprit. Sa lecture fut un véritable coup de coeur ! 

 

Je remercie vivement Babelio et Les Editions Courtes et Longues pour cet instant de poésie. 

Fanny

2843307054.png       header_full.gif

08/05/2018

Le bruit de la machine à écrire, Hervé Loiselet et Benoît Blary

b.jpg

C'est le sous-titre Pourquoi l'artiste Christa Winsloe a-t-elle été assassinée le 10 juin 1944 ? qui a attiré mon attention sur cette bande dessinée. Je ne connaissais pas même le nom de Christa Winsloe et j'ai eu envie d'en apprendre davantage. 

Le bruit de la machine à écrire revient sur l'assassinat de la sculptrice et autrice Christa Winsloe et de sa compagne Simone Gentet le 10 juin 1944 par la Résistance Française. 

En février 1944, Christa Winsloe, hongroise et dramaturge mondialement connue et Simone Gentet, suissesse et traductrice, s'installent à Cluny après s'être rencontrées sur la Côte d'Azur où chacune d'elle fuyait le régime nazi. 

Cluny, petite ville bourguignonne est traumatisée par une récente vague d'arrestation : des dizaines de personnes ont été fusillées à partir d'une liste établie au préalable par on ne sait qui, mais certainement par quelqu'un de Cluny, qui l'a transmise aux Allemands. Alors chacun se méfie de l'autre, chacun s'observe de loin. 

Ces deux femmes, ces deux étrangères qui ont visiblement de quoi vivre sans travailler, qui se rejoignent dans la nuit dans une chambre commune, qui passent beaucoup de temps à écrire sur leur machine bruyante et qui parlent sans aucune retenue avec les Nazis qui occupent le territoire ont de quoi faire parler dans les chaumières. On apprend qu'elles correspondent avec la Kommandantur et elles se promènent toute la journée, dans les bois ou dans la ville, comme de simples touristes. 

Les ragots se multiplient et elles seront accusées d'espionnage pour le régime nazi. Elles seront abattues dans un bois le 10 juin 1944 au nom de la Résistance.

Les proches des deux femmes s'interrogent : Qui les a tuées ? Qui a donné cet ordre ? Étaient-elles réellement des espionnes ? Où sont les preuves ? 

Leurs proches n'y croient pas: ces deux femmes avaient fui le régime nazi qu'elles détestaient ouvertement. 

En 1948, quatre accusés font face à la justice et doivent expliquer l'assassinat de ces deux femmes. Certains d'entre eux avaient une réputation suspecte et n'avaient rejoint les rangs de la Résistance que quelques jours avant la mort des deux femmes. 

PlancheS_60813.jpg

Les auteurs de cette bande dessinée nous amènent sur les pas de ces deux femmes, nous remontons le temps pour assister à leur arrivée à Cluny, à leurs faits et gestes qui entraîneront des commérages puis leurs morts. Le lecteur mène également l'enquête et cherche à comprendre la vérité, à démêler les nœuds de l'histoire pour se faire une opinion sur les véritables causes de la mort de ces deux femmes. 

Les dessins et les planches m'ont plu. Certaines pages sont presque exclusivement de couleurs chaudes et d'autres de couleurs froides, j'ai trouvé ce procédé original. La lecture de cette bande dessinée se révèle exigeante : les événements s'enchaînent, les temporalités se mêlent et le lecteur doit être attentif aux dates précisées dans chaque vignette. J'ai aimé apprendre les événements d'une page méconnue de l'histoire. Enfin, j'ai également apprécié les documents à la fin de la bande dessinée: les photographies de Christa Winsloe, de Cluny, la reproduction des articles de journaux au moment du procès ... sont de très bons compléments de lecture à la bande dessinée pour mener à bien sa propre réflexion.

Je remercie Babelio et les Editions Steinkis pour cette découverte. 

Fanny

                                 2843307054.png                  0b97df6211652432f4516e49b2468a20134740d7.jpg

09/03/2018

Adaptations cinématographiques d'Anna Karénine

Après ma lecture d'Anna Karénine, je me suis inspirée de la liste proposée par Romanza pour choisir deux adaptations cinématographiques du roman. 

Aimant énormément Vivien Leigh, j'ai forcément choisi de regarder l'adaptation de 1948. Le roman a été adapté par Julien Duvivier, aidé par Jean Anouilh. 

515JGD47MHL._SY445_.jpg

J'ai beaucoup aimé cette version même si elle n'est pas vraiment fidèle au roman. L'histoire de Lévine et Kitty est réduite au minimum mais celle d'Anna, Vronskï et M. Karénine est très bien traitée. La mise en scène, très classique, ne m'a pas dérangé contrairement aux avis que j'ai pu lire sur internet. 

Le point fort incontestable du film c'est Vivien Leigh que je trouve exceptionnelle dans ce film. L'actrice est pour moi l'incarnation de Scarlett O'Hara et j'avais peur de ne pas me détacher de ce rôle et finalement Vivien Leigh a réussi à me faire complètement oublier son incarnation de l'héroïne d'Autant en emporte le vent

Ce qui est vraiment dommage selon moi c'est que le film semble complètement tourné en studio : il ne faut pas espérer voir un paysage de la campagne russe ou des rues de Saint-Saint-Pétersbourg ou Moscou. 

La fin du film est particulièrement réussie : le jeu de Vivien Leigh y est pour beaucoup mais j'ai aussi beaucoup aimé retrouver certaines phrases exactes du roman qui étaient particulièrement belles.  

ob_e581e6_vivien-leigh-anna-karenine.jpg

70922044.jpg

 

J'ai ensuite désiré revoir, je l'avais vu à sa sortie mais je n'en avais gardé que très peu de souvenirs, l'adaptation de 2012 de Joe Wright avec Keira Knightley. 

phpThumb_generated_thumbnail (1).jpg

Le point fort de cette adaptation c'est incontestablement le travail sur les décors, les costumes et la mise en scène originale: les scènes sont presque toutes tournées dans une salle de théâtre dans laquelle les décors s’enchaînent comme dans une véritable pièce. Ce décor unique semble symboliser le jeu permanent de la société russe : Anna est la seule à pas porter un masque, les autres personnages jouent un rôle tout au long du roman. Les scènes de Lévine ont été jouées en extérieur: les images de la campagne russe sont magnifiques.

Cette adaptation semble plus fidèle à l'intrigue puisque l'histoire de Lévine et Kitty est moins sacrifiée que dans la version de 1948 mais je trouve que le texte original est moins mis en valeur dans cette version. 

Le point fragile de cette adaptation, surtout après avoir vu celle de 1948 juste avant, est le jeu de Keira Knightley. Même si l'actrice défend bien son rôle, son interprétation est, selon moi, vraiment moins émouvante que celle de Vivien Leigh. 

Le petit plaisir en plus: un casting impressionnant, avec des acteurs que j'apprécie comme Matthew MacFayden, Olivia Willams, Ruth Wilson (Jane Eyre de la BBC 2006, ma favorite pour toujours) et Michelle Dockery ( la belle Lady Marie Crowley).

anna-karenine-costumes-keira-knightley_1193210.jpg 

phpThumb_generated_thumbnail.jpg

Fanny

Adaptations vues dans le cadre du Challenge Un Hiver avec Anna Karénine organisé par Romanza.

3394821468.2.jpg

22:30 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (2)