Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2016

Les douze indices de Noël et autres récits, P.D James

IMG_20161223_184904_941 (1).jpg

J'ai lu il y a quelques années La Mort s'invite à Pemberley , j'étais curieuse de lire un nouveau roman de P.D James. J'étais ravie de me plonger dans des nouvelles policières.

Le recueil Les douze indices de Noël regroupe quatre nouvelles qui se déroulent toutes en Angleterre pendant la période de Noël.

Ces nouvelles mettent en scène l'inspecteur Adam Dalgliesh qui enquête sur la mort d'un vieil homme. Il se serait suicidé, comme son père avant lui : ses descendants en sont persuadés mais l'inspecteur trouve que les circonstances sont suspectes. Dans une autre nouvelle, il enquête pour un homme qui voudrait savoir si l'argent dont il va hériter a été acquis grâce à un meurtre. Sa tante, des années auparavant, a été suspectée d'avoir tué son mari. Le lecteur rencontre également un auteur de romans policiers qui évoque un crime dont elle a été témoin. Sa grand-mère l'avait invitée à passer les fêtes de Noël dans son manoir avec deux cousins qu'elle ne connaissait pas. L'un des deux fut tué et ce meurtre a influencé sa vie et sa carrière. Enfin, un employé de bureau, qui s'introduit tous les vendredis soirs de manière illégale dans un appartement, observe un couple adultère qui se retrouve dans l'immeuble d'en face et assiste à un meurtre.

Toutes les nouvelles sont très plaisantes à lire et m'ont parfois fait penser aux romans d'Agatha Christie. J'ai aimé me plonger dans cette ambiance cocooning de Noël et de l'Angleterre. P.D James parvient à construire des intrigues intelligentes et prenantes en quelques pages. Les chutes sont réussies, particulièrement la dernière qui est sordide et qui surprend le lecteur.

9782213701783-001-X_0.jpeg

Ce recueil de nouvelles policières est idéal pour passer un bon moment en attendant Noël ou pour rester dans cette ambiance une fois les fêtes passées.

Lu dans le cadre du Challenge A Year in England chez Martine.

Fanny

fichier-02-07-2016-20-14-56.png

07/12/2016

Mes souvenirs de Jane Austen, James Edward Austen-Leigh

15319024_1140422616075098_344030257397123936_n.jpg

 

A la fin de sa vie, James Edward Austen-Leigh, témoin du succès des romans de Jane Austen près de cinquante ans après sa disparition, décide de consigner les souvenirs de celle qui fut sa chère tante et une auteur discrète mais déterminée.

Mes souvenirs de Jane Austen est la première biographie de la romancière. Même si l'auteur est décédée alors que son neveu n'était qu'un adolescent, il est celui qui est le mieux à même de parler de Jane Austen. Aidé par les autres neveux et nièces de la romancière, James Edward dresse tout d'abord le portrait d'une tante joyeuse, à l'écoute, toujours prête à jouer avec les enfants et à leur raconter des histoires. Elle était véritablement le soleil de la maison et les enfants la suivaient partout à Chawton.

James Edward remonte également dans le temps, au-delà de sa propre naissance, pour décrire la jeune fille déjà davantage passionnée par l'écriture et par les péripéties de ses héroïnes que par ses propres aventures sentimentales. James Edward nous plonge dans la vie de Jane Austen et de sa famille à Stevenson, Bath, Southampton et enfin Chawton et nous explique comment ces déménagements furent tour à tour des freins ou des moteurs pour l'écriture de Jane Austen. Ainsi, à Bath, en grande observatrice, Jane Austen analyse la nature humaine, les mœurs et habitudes de ses contemporains mais n'écrit pas pendant des années. Chawton, véritable havre de paix, lui permit de travailler ses écrits de Stevenson et de les nourrir de ses expériences de Bath.

251168769.JPG

La maison de Jane Austen à Bath

Le biographe alimente ses souvenirs par des lettres de Jane adressées à ses neveux ou nièces mais surtout à Cassandra. Même si ces lettres ne sont pas intimes, le lecteur peut découvrir une Jane Austen intelligente, bienveillante et ironique à souhait. La parfaite compagne d'un après-midi de printemps passé dans un jardin à discuter sur un banc. James Edward nous présente également une auteur discrète dont l'activité littéraire est dissimulée à tous ceux qu'elle ne compte pas comme ses proches. Malgré cela, elle est déterminée à écrire autant qu'elle le peut. Peut-être avait-elle déjà compris que les générations futures aimeraient passionnément ses héroïnes et ses héros et que nous aurions tant besoin de son ironie mordante pour rire sous cape et de ses histoires qui réchauffent les cœurs.

DSCN4485.JPG

Chawton

Sous la plume de James Edward, Jane Austen semble parfaite. Qu'importe si l'image de la romancière a été truquée, embellie et qu'elle soit placée sur un piédestal ! C'est cette Jane là que le lecteur a besoin d'imaginer.

La lecture de cette biographie fut un vrai moment de plaisir. J'étais ravie de pouvoir découvrir un chapitre supprimé de Persuasion et remplacé par celui de la si belle lettre du capitaine Wentworth. Quelle délice de découvrir ces quelques lignes inconnues de Jane Austen ! Ce livre m'a permis également de me plonger dans les propres souvenirs de mon voyage d'avril à Bath et à Chawton. Je me suis retrouvée de nouveau dans la rue de la maison de Jane Austen à Bath et  à arpenter le cottage et le jardin de Chawton.

Je remercie vivement Les éditions Bartillat pour cette lecture.

Lu dans le cadre du challenge A year in England chez Martine

Fanny

    998579_1483903761833879_416467537_n.jpg                          fichier-02-07-2016-20-14-56.png

04/12/2016

La fille du professeur, Joann Sfar et Emmanuel Guibert et Agatha Christie, le chapitre disparu, Brigitte Kernel

Ces dernières semaines, j'ai lu une bande dessinée et un livre qui entraient dans le cadre du challenge A year in England chez Martine mais j'ai hésité puis tardé à en parler sur le blog. J'ai décidé de le faire finalement mais de manière assez brève.

thumbnail_IMG_20161019_160015.jpg

Sur un coup de tête et après un coup de coeur pour la couverture, j'ai acheté récemment La fille du professeur d'Emmanuel Guibert et de Joann Sfar. Ce dessin en couverture plonge immédiatement le lecteur dans le Londres de la fin XIXe siècle et je n'en avais pas besoin de plus pour me laisser persuader.

Cette bande dessinée est une comédie romantique farfelue. Liliane, la fille d'un archéologue, est amoureuse d'Imotep IV, un pharaon momifié retrouvé par le professeur. Tous deux se sentent prisonniers de l'archéologue : Liliane, sa fille unique doit lui obéir, Imotep IV est sa momie. Ils décident de s'enfuir ensemble mais rien ne se passe comme prévu et des aventures loufoques les attendent: ils rencontrent une autre momie, font irruption dans Buckingham Palace et se font également enlever. Cette succession de péripéties rocambolesques rythme toute la bande dessinée et crée des scènes rigolotes.

G_1286_3.jpg

J'ai adoré les dessins et leur colorisation. Ils sont poétiques et rappellent des peintures impressionnistes ou des aquarelles aux couleurs vaporeuses ou sépia. Cependant, l'intrigue pleine de rebondissements ne m'a pas totalement convaincue.

 

15181302_1129239107193449_1658866547142491915_n.jpg

Agatha Christie est l'une des grandes héroïnes de mon adolescence. Sa personnalité et sa vie m'ont toujours intriguée; j'avais commencé la lecture de son autobiographie sans jamais l'achevée. Lorsque ce livre est paru l'an dernier j'ai immédiatement eu envie de le lire.

Durant l'hiver 1926 la célèbre Agatha Christie disparaît pendant 11 jours. Où est elle ? Que lui est-il arrivé ? Nul ne le sait à l'époque, la presse s'empare de l'affaire et encore aujourd'hui le mystère reste total. Agatha Christie a passé sous silence cette disparition dans son autobiographie. En se glissant dans l'esprit de la reine du crime, Brigitte Kernel retranscrit ces 11 jours. À cette époque, Agatha Christie est déjà une auteur reconnue et admirée, elle se remet difficilement du décès de sa mère et son premier époux demande le divorce afin d'épouser sa maîtresse. Agatha fait alors ce qu'elle sait faire de mieux: elle crée une énigme et élabore minutieusement sa propre disparition comme elle le ferait pour l'un de ses personnages.


Ma lecture de ce roman fut compliquée parce que j'avais de fausses attentes dès le début. Sans me renseigner sur le contexte de cette disparition, j'ai toujours imaginé que pendant ces 11 jours, l'intrépide Agatha Christie était partie dans un pays lointain à la recherche d'aventures, mais il n'en est rien. J'ai été déçue par cette lecture parce que je ne me suis pas particulièrement attachée à l'héroïne de mon adolescence. Je l'ai trouvée peu crédible. Je préfère conserver l'image de mon Agatha Christie, téméraire et intrépide, quand bien même elle serait fausse. Mon imagination et l'image d'Agatha Christie donnée par ce roman étaient bien trop éloignées.

Avez-vous lu ce roman ou cette bande dessinée ? Qu'en avez-vous pensé ?

Fanny

Lus dans le cadre du challenge A year in England chez Martine. fichier-02-07-2016-20-14-56.png

 

18/11/2016

La scène des souvenirs, Kate Morton

 15036205_1119103908206969_4146909715971229890_n.jpg

J'ai découvert pour la première fois Kate Morton sur le blog de Claire et j'avais acheté ce roman depuis quelques temps mais je ne l'avais pas encore sorti de ma bibliothèque. C'est chose faite désormais !

Laurel retourne dans le Suffolk, sur les pas de son enfance, pour se rendre au chevet de sa mère, Dororthy, qui est sur le point de mourir. Elle y retrouve ses trois plus jeunes sœurs et son unique frère. Malgré les circonstances, la fratrie est heureuse de se retrouver et de se souvenir, ensemble, de leur enfance heureuse vécue sous les yeux aimants de leurs parents. Rose, une jeune sœur de Laurel, a trouvé dans les affaires de Dorothy un exemplaire de Peter Pan dans lequel une photographie était glissée. Deux jeunes femmes, sa mère et une inconnue, sourient à l'objectif du photographe. Qui est cette autre femme dont Dorothy n'a jamais parlée ? Qui est cette Vivien qui a offert Peter Pan à sa mère et a noté sur la page de garde cette inscription: Une amitié véritable est une lumière dans les ténèbres ? Ce mystère éveille en Laurel une autre énigme de son adolescence, refoulée avec le temps. Un jour, alors qu'elle se posait mille et une questions sur sa vie d'adolescence, perchée dans la cabane dans un arbre, un homme inquiétant s'approcha de la maison familiale. Seuls Dorothy et Gerry, encore bébé, étaient présents dans la maison. Lorsque Dorothy vit cet homme dans le jardin, elle sortit, échangea quelques mots avec lui et le poignarda. L'affaire fut rapidement classée par la police. Avec la découverte de cette photographie, les interrogations de Laurel, seule témoin consciente du meurtre, apparaissent de plus belle. Adulte désormais et sur le point de perdre sa mère, elle se rend compte qu'elle ne sait rien de la vie de Dorothy avant son mariage. Laurel décide alors de repartir sur les traces du passé de sa mère à Londres durant la seconde guerre mondiale.

La scène des souvenirs est un roman construit de manière très intelligente et ingénieuse. La construction des chapitres qui alternent les lieux et les époques pourrait être confuse mais Kate Morton ne perd jamais son lecteur. La structure du roman en elle-même est très ambitieuse et se concentre sur trois grandes figures féminines: Laurel, Dorothy et Vivien. Les trois personnages sont très attachants, un seul petit bémol pour Dorothy qui est parfois agaçante. Chaque époque et chaque personnage apporte de nouvelles pièces pour le puzzle que le lecteur tente de construire en même temps que Laurel. Au fur et à mesure, le lecteur et Laurel émettent des hypothèses sur le mystérieux passé de Dorothy mais Kate Morton bouleverse toutes les cartes à la fin et crée un véritable effet de surprise. Malgré quelques longueurs au centre du roman dans les chapitres concernant Dorothy, l'ensemble du roman et surtout la fin sont très réussis. J'ai également beaucoup aimé les thèmes abordés par Kate Morton : la mémoire, l'enfance, la fratrie et certaines pages sur ces sujets sont très poétiques.

Pour toutes ces raisons, je suis certaine de vouloir poursuivre la lecture des romans de Kate Morton. 

"Curieuse sensation que de se retrouver dans ce refuge si riche de souvenirs d'enfance, d'y croiser le regard de son visage adulte et creusé de rides. Comme Alice tombant dans le terrier du lapin - ou plutôt, y retombant, cinquante ans plus tard, et se rendant compte qu'elle était la seule à avoir changé."

 

Lu dans le cadre du challenge A year en England chez Martine. 

Fanny

fichier-02-07-2016-20-14-56.png

 

17/09/2016

Le témoignage du pendu, Ann Granger

14202484_1057603694356991_2895613145401687921_n.jpg

Le témoignage du pendu est le cinquième volume des enquêtes de Benjamin et Elizabeth Ross. Mills, un condamné à mort, demande comme dernière volonté de s'entretenir avec l'homme qui l'a arrêté: Benjamin Ross. Avant de mourir, il veut soulager sa conscience : pendant dix-sept il a gardé le silence mais aujourd'hui il veut témoigner sur un crime dont il a été le témoin. Piégé par l'orage en pleine campagne, Mills chercha refuge dans la seule maison des alentours. Il s'approcha de cette maison et aperçut par la fenêtre un vieil homme se faire tuer par une jeune femme. Effrayé, il fuit et se tut pendant dix-sept. Benjamin Ross ne sait que penser: Mills dit-il la vérité ou est-ce une astuce pour retarder sa condamnation à mort? Lizzie se propose alors pour retourner sur les lieux, retrouver cette maison et le nom de la victime. Alors que Mills est exécuté et que le couple Ross espère trouver assez de preuves pour ouvrir officiellement l'enquête, Monsieur Canning, bourgeois londonien, déclare que sa femme et sa fille ont été enlevées par des malfaiteurs à la recherche d'une rançon. Le doute s'installe dans l'esprit de Benjamin: il pense avoir aperçu la veille cette femme et son enfant dormant sous un pont de Londres. Benjamin et Lizzie devront alors résoudre deux mystères : comprendre la disparition de Madame Canning et Charlotte afin de les retrouver vivantes et trouver des preuves pour confondre une meurtrière qui a échappé à la justice pendant dix-sept ans.

Ce cinquième tome est, selon moi, le moins réussi de tous. Mon ressenti est mitigé: j'étais ravie de retrouver ce couple pour une nouvelle enquête et l'ambiance de l'Angleterre du XIXe siècle décrite par Ann Granger me plait toujours autant. Mais cette double intrigue ne m'a pas convaincue. Le début était prometteur mais la disparition de Madame Canning et sa fille vient se greffer à la première enquête sans apporter de véritable intérêt à l'histoire. L'enquête de la disparition est intéressante parce qu'elle décrit la condition féminine et les malheurs que les femmes du XIXe siècle devaient fatalement subir. Mais elle n'est pas intéressante en elle-même et elle est vite résolue par le lecteur. L'intrigue concernant le meurtre vieux de dix-sept est plus palpitante mais elle s'essouffle à cause de la seconde enquête qui l'a ralentie. Enfin, Lizzie Ross n'est pas assez présente à mon goût.
J'espère que cette petite déception avec Le témoignage du pendu sera effacée par un sixième volume qui aura les qualités des volumes précédents !

Fanny

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle chez Fanny et de A year in England chez Titine.

                                     13567018_10210036716705510_2905431851464497278_n.jpg                3749469554.png

29/06/2016

L'été avant la guerre, Helen Simonson

9782841118908.jpg

Beatrice Nash arrive à Rye, petite ville rurale du Sud de l'Angleterre, durant l'été 1914. Elle est la nouvelle professeur de latin de l'école de Rye. Orpheline depuis peu, Beatrice sait que ce poste lui permettra de s'affranchir de la tutelle de sa tante bourgeoise et de mener la vie qu'elle souhaite en restant célibataire et en écrivant. Agatha Kent, femme à fort caractère influente dans le village, l'accueille, la chaperonne et lui présente le beau monde du village mais aussi les familles moins fortunées. Beatrice rencontre également les deux neveux d'Agatha: Daniel, poète cynique, extravagant et d'une grande beauté et son cousin Hugh, médecin intelligent et drôle. Beatrice n'est pas insensible aux charmes de Daniel et à l'intelligence de Hugh. Elle s'attache également à Agatha qui la défend et la protège des attaques de la femme du maire, Bettina Fothergill, première concurrente et ennemie d'Agatha. Le cercle d'Agatha Kent compte également un écrivain de renom que Beatrice admire, la fille du pasteur militant pour le droit de vote des femmes, des bourgeoises et plus tard un professeur belge réfugié en Angleterre avec sa fille. Alors que Beatrice rêve de publier un recueil des lettres de son père, que Daniel désire créer une revue poétique avec un ami et que Hugh fait des projets matrimoniaux et professionnels, la guerre est déclarée. Elle chamboule la vie de tous les personnages: homme et femme, envoyé au front en France ou resté en Angleterre.

13516560_997113427072685_7550879752366725369_n.jpg

Les personnages imaginés par Helen Simonson sont très attachants. Ils sont le point très positif du roman: ils sont intelligents, drôles, sensibles et ne peuvent laisser insensibles. J'ai adoré les échanges sarcastiques ou moments de tendresse entre Daniel et Hugh. Agatha Kent est également très vive, tendre et drôle. La petite "guéguerre" qu'elle mène contre l'épouse du maire pour avoir la plus grande influence possible dans le village est très drôle. Helen Simonson a su équilibrer des instants de légèreté et d'ironie et d'autres tragiques et touchants dans son roman. La fin est très réussie et particulièrement émouvante. 

J'ai trouvé que le roman était un peu trop long, particulièrement au début. J'ai cru que Beatrice occuperait dès les premières pages son poste de professeur et que la guerre serait déclenchée très rapidement. Le début est trop long mais je crois que l'auteur avait tout de même besoin de tout ce temps pour créer une certaine ambiance et pour nous présenter tous les personnages du village. L'ambiance est réussie : entre ragots, guéguerres, amitiés, vieilles rancunes, rivalités, le lecteur s'amuse de tous ces personnages et a vraiment l'impression de faire partie du village. On a un peu l'impression de se trouver dans le village de Donwnton Abbey ou dans celui des Dames de Cranford d'Elizabeth Gaskell.

Helen Simonson parvient également à dresser le portraits des laissés pour compte du début du Xxe siècle: les femmes et les pauvres. Les femmes sont encore les gentilles marionnettes qui doivent faire ce que la société attend d'elles: Beatrice ne peut pas disposer de son héritage comme elle l'entend, elle ne peut pas affirmer qu'elle écrit sans se faire traiter d'idiote, l'intelligente Abigail a été retirée de l'école car elle doit être une sage petite servante, Mme Witte, divorcée et écrivain à succès est la pariât du village. Les pauvres sont destinés à le rester et même le directeur d'école n'espère pas que la culture et l'enseignement puissent leur permettre une ascension sociale. Beatrice semble être l'héroïne du roman mais de nombreux personnages ont une place très importante. Helen Simonson a dressé le portrait des hommes et des femmes de toute une époque qui s'apprête à sombrer dans l'horreur.

L'été avant la guerre contient des longueurs mais reste une lecture agréable. Les personnages intelligents, drôles et l'ambiance créée dans le roman sont plein de charmes.

Je remercie les éditions Nil et Babelio pour cette agréable lecture !

Fanny

Lu dans le cadre du mois anglais chez Cryssilda et Lou et dans le cadre du Challenge Première guerre mondiale chez Claire. 

 

11694975_1578774289054555_2528089989659185866_n.jpg         NIL_logo_s.jpg       Babelio-logo-2.png1328650574.2.jpg

20/06/2016

Freddie Friday, Eva Rice

13434801_986289448155083_6732943014049692653_n.jpg

 

Marnie est l'élève exemplaire d'un lycée privé, douée en mathématiques et belle fille d'un acteur célèbre. Miss Crewe est sa brillante professeur de mathématiques, ancienne danseuse et amoureuse blessée depuis de longues années. Marnie et Miss Crewe sont tour à tour narratrices. Pour fêter sa réussite spectaculaire à un examen de mathématiques, Marnie et son amie Rachel font l'école buissonnière. Devant l'usine de la ville, elles rencontrent un jeune homme mystérieux, Freddie Friday, qui attire Marnie comme un aimant. Elles boivent plus que de raison et lorsqu'elles rentrent au lycée pour participer à la traditionnelle cérémonie qui consiste à nager dans la piscine, dans l'obscurité et en tenant une chandelle dans la main, un drame se produit. La vie de Marnie est alors bouleversée. Elle se rappelle de ce jeune homme rencontré avant le drame: Freddie Friday. Son obsession est de le retrouver. Freddie est un électricien qui passe ses samedis après-midi à danser clandestinement dans l'usine dans laquelle il travaille. Il ne vit que pour la danse malgré les réticences de son grand-père chez lequel il vit depuis le décès de ses parents. Marnie découvre son rêve de gloire et lui propose de lui trouver un professeur pour l'aider à progresser: Miss Crewe, l'ancienne danseuse qui a dû devenir professeur de mathématiques. Miss Crewe accepte sur un coup de tête de s'embarquer dans l'aventure proposée par Marnie : elle passe ses samedis avec Marnie et Freddie dans l'usine. Ces cours à la sauvette la replonge dans son propre passé, dans ses aventures à New-York alors qu'elle cherchait à être remarquée et à vivre de sa passion et dans ses rêves d'amour auprès de Jo. Elle remue des souvenirs qu'elle désire enterrer depuis de longues années mais dont elle ne parvient pas tout à fait à se défaire. Marnie, quant à elle, a l'impression d'avoir tout perdu et s'accroche aux rêves de Freddie comme si c'était les siens. Chaque membre du trio vit dans l'attente de ces retrouvailles du samedi après-midi. Des relations complexes se tissent entre les personnages. La rencontre de ce trio laissera une trace indélébile dans la vie de chaque personnage.

Freddie Friday est un roman d'apprentissage très agréable à lire et Eva Rice ne cherche jamais la facilité dans sa narration ou dans les personnalités des personnages et leurs relations. Le lecteur n'a pas l'impression que tout est tracé dès le début. Le roman réserve des surprises au lecteur. J'ai beaucoup aimé la double narration féminine: celle de Marnie qui cherche une lumière pour sortir de l'obscurité dans laquelle elle est plongée, qui découvrira un secret familial et qui est follement amoureuse de Freddie et celle de Miss Crewe, tournée vers le passé et qui lui permet de dépasser ses blocages. Les trois personnages principaux sont une grande qualité du roman: ils tous les trois attachants et ne sont pas lisses ou mièvres même si l'un des grands thèmes du roman est l'amour. Mention spéciale pour le frère de Marnie, Caspar, jeune homme intelligent et a l'humour noir.

N'étant pas une fanatique des mathématiques (...) et la danse n'étant pas la forme artistique qui me plait le plus, j'avais un peu peur de passer parfois "à côté" de certains passages du roman mais ce ne fut pas du tout le cas !

Freddie Friday est un roman touchant et agréable qu'il faut lire au plus vite ! Je le vois très bien trôner très vite sur les chaises longues de jardin et serviettes de plage cet été.

Je remercie vivement les Editions Baker Street et Madame Liebow qui m'a fait découvrir la fameuse Eva Rice dont les deux premiers romans ont été des succès !

Fanny

Lu dans le cadre du mois anglais et de la journée auteur anglais contemporain organisés par Cryssilda et Lou.

40eedf0fdabe3928abf88e5170f09aa7_400x400.jpeg          3472899442.jpg