Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2019

Jeunesse perdue, Daphné du Maurier

IMG_20190626_145333_521 (1).jpg

Jeunesse perdue est le sixième roman de Daphné du Maurier que je découvre. Jusqu'à présent, je les ai tous aimés mais pour celui-ci j'aurais dû passer mon chemin.

Dès le premier chapitre, Dick est sur un pont de Londres. Le jeune homme est le fils d'un grand poète anglais, il vit dans l'ombre de son père et ne supporte plus cette situation. Il regarde la Tamise en contrebas et franchit le parapet. Il est prêt à se jeter dans le fleuve lorsqu'une main appuie sur son épaule. C'est Jake, un jeune homme, un peu plus âgé que Dick, qui parvient à le ramener à la raison. Dick suit alors Jake comme son ombre, semble fasciné par le personnage. Ils décident de s'embarquer ensemble sur un navire, en tant que marins, en partance pour la Scandinavie. 

Les aventures de Dick le mèneront ensuite à Paris où il rencontrera le grand amour et tentera de faire concurrence à son père qui n'a pas daigné répondre à l'une de ses lettre. Il se lance dans l'écriture d'un roman. 

Comme vous l'avez déjà compris, je n'ai pas aimé ce roman. Les premiers chapitres étaient très prometteurs : les extraits décrivant le trouble psychologique du héros et sa rencontre presque surnaturelle avec Jake, son guide et son ami dès les premiers regards, sont beaux. Mais très vite le livre s'essouffle, et particulièrement le centre du roman se déroulant à Paris. Dick m'a souvent agacée et son apprentissage de la vie adulte ne m'a pas du tout touchée alors que j'aime les romans d'initiation. 

Mon avis est assez radical, j'en ai bien conscience, mais malheureusement je me suis vraiment ennuyée en lisant Jeunesse perdue. J'ai eu l'impression de ne pas lire du Daphné du Maurier. Quelques réflexions sur l'amour, le désamour, le temps qui passe étaient pourtant belles, comme celle-ci : 

"Je me dis que, à quel point que deux êtres puissent se donner l'un à l'autre, faire partie l'un de l'autre, ils sont bien obligés de constater avec un peu de désespoir que chacun reste en face de soi-même dans un grand abime de solitude."

 

Lu dans le cadre du mois anglais organisé par Titine et Lou.

Logo-mois-anglais-2019_01-1024x768 (1).jpg

Commentaires

oui il y a du bon...mais du mauvais aussi avec Du Maurier....dommage quand meme

Écrit par : rachel | 26/06/2019

Répondre à ce commentaire

Bon bon bon, je ne note pas, du coup... Dommage pour cette lecture décevante. Merci en tout cas de ton avis ; je lis actuellement "Mad" ; c'est pas mal même si j'ai préféré certains autres grands ouvrages de Daphné. Bon week-end!

Écrit par : FondantGrignote | 28/06/2019

Répondre à ce commentaire

Quel dommage ! Le résumé et cette scène initiale étaient prometteurs...

Écrit par : Lou | 28/06/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire