Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2017

Mrs Creasy a disparu, Joanna Cannon

IMG_20171104_102621_039.jpg

Mrs Creasy a disparu. Un matin de canicule, elle est partie en toute discrétion sans prévenir personne. Deux jeunes voisines, Grace et Tilly, décident de mener l'enquête pour tromper l'ennui de ces vacances d'été caniculaires. Elles ont aussi remarqué que les adultes de la rue paniquent, protègent férocement des secrets et évoquent à demi-mot des souvenirs que tous voudraient avoir oubliés. L'avenue, en apparence si paisible, est rattrapée par une histoire vieille de dix ans que tout le monde avait soigneusement caché sous le tapis avant la disparition de Mrs Creasy. Les jeunes filles cherchent alors avec leur regard innocent à retrouver Mrs Creasy et à comprendre ces adultes secrets qui détestent tous en coeur le voisin du numéro 11. Assommées par la chaleur, Grace et Tilly sillonnent le quartier et s'invitent chez chaque voisin pour poser des questions qui semblent naïves mais qui réveillent chez les adultes des doutes et de mauvais souvenirs. Joanna Cannon alterne la narration : Grace prend en charge le récit de ses recherches avec Tilly et un narrateur externe nous fait entrer chez chaque voisin pour connaître leurs secrets et leurs mesquineries.

J'ai beaucoup aimé ce premier roman. Joanna Cannon nous donne à voir ce qu'il se passe lorsque les portes de ces personnages, qui pourraient être nos voisin, sont fermés et derrière lesquelles chacun cherche à cacher des secrets. Ce roman est une comédie de moeurs. Le regard candide des enfants nous donne souvent envie de sourire mais le récit met aussi en scène des aspects monstrueux de l'être humain. L'hystérie collective et la soif de violence enfermée en chacun sont brillamment décrits par Joanna Cannon. 

L'écriture est grinçante lorsqu'elle évoque les adultes et pleine de candeur lorsqu'elle adopte le point de vue de ces deux jeunes filles si attachantes. Ce roman se dévore avec un grand plaisir !

"Elle sait que sa présence dans la rue allumera les conversations comme une guirlande lumineuse. Dès qu'elle sera hors de portée, ils commenceront à disséquer son malheur et son ridicule et à se le distribuer comme des petits -fours."

Je remercie chaleureusement Babelio et les Editions Harper Collins pour cette belle découverte !

Cette lecture entre dans le Challenge A Year in England organisé par Titine.

Fanny

2843307054.png   téléchargement (6).jpg 3069693880.png

01/11/2017

La Soupe de Kafka, Mark Crick

21435510_1923974331156937_4391026610396987392_n.jpg

Dans La Soupe de Kafka, Mark Crick imagine les plats que Gustave Flaubert, Virginia Woolf, Gabriel Garcia Marquez, Marcel Proust, François de la Rochefoucauld ou Jane Austen nous concocteraient s'ils nous invitaient à manger. Sous la forme de pastiches, les recettes imaginées par Crick nous plongent dans l'univers de ces auteurs. Crick s'est lancé dans un exercice de style pour le moins risqué mais il réussit merveilleusement bien à imiter le style de ces auteurs et à calquer leur univers. Le lecteur passe avec plaisir de la recette des oeufs à l'estragon de Jane Austen qui commence comme le début d'Orgueil et préjugés au Tiramisu de Marcel Proust qui lui permet de remonter le temps et de retrouver des souvenirs trop longtemps enfouis.

J'ai particulièrement adoré le pastiche de Gustave Flaubert. Crick met en scène Emma Bovary préparant un gâteau breton pendant que Charles ronfle dans le canapé devant la télévision allumée. Elle tombe alors sous le charme du nouveau président américain qui l'a fait rêver à un homme fort et déterminé. Le pastiche d'Emma en ménagère désespérée et la représentation de Trump (qui n'est même pas caricaturale malheureusement...) sont vraiment très drôles !

La Soupe de Kafka est un excellent moyen de plonger de nouveau dans nos romans préférés en les redécouvrant sous un nouvel angle humoristique. Crick m'a également donné envie de découvrir certains auteurs que je n'avais encore jamais lus comme Gabriel Garcia Marquez. La Soupe de Kafka est une déclaration d'amour aux auteurs et à ces livres que l'on aime tant lire et relire dans leur version originale ou dans des réécritures.

Enfin, ce recueil de pastiches est un bel objet livre : chaque recette est illustrée par des illustrations de Crick lui-même imitant les tableaux de grands maîtres comme Gustave Doré, Honoré Daumier, Otto Dix, Henri Matisse, Frida Kahlo....

Le pastiche est ainsi décliné littérairement et pictuarellement !

Si vous voulez offrir ou vous faire offrir un livre beau esthétiquement, drôle et intelligent, La Soupe de Kafka est une très bonne idée !

" Le crémeux breuvage s'était refroidi; sa saveur semblait déjà évanouie, et avec elle, hélas, les traces de cette soirée. Toutefois, devinant confusément que ces souvenirs ne s'étaient peut-être pas évanouis pour toujours, mais qu'ils pouvaient, à la manière des âmes des défunts, s'attarder encore parmi nous, je commandai une seconde fois cette boisson laiteuse qui, en d'autres circonstances, m'aurait dégoûté : maintenant je la désirais aussi intensément qu'un élixir de jeunesse." Tiramisu à la Marcel Proust

Je remercie les Editions Baker Street.

Fanny

c43t.jpg

 

19/10/2017

Le Jour d'avant, Sorj Chalandon

IMG_20171019_153323_782.jpg

Dans Le Jour d'avant, Sorj Chalandon remonte le temps jusqu'à la catastrophe qui a coûté la vie à 42 mineurs le 27 décembre 1974 à Saint-Amé de Liévin-Lens. Le narrateur est le frère de l'une des victimes.

Avec lui, nous parcourons son passé : le lecteur découvre Joseph, un jeune homme qui se cherche entre la terre et le charbon. Des mineurs le poussent à rejoindre leur groupe et son père agriculteur le voudrait bien comme successeur. Et puis, presque par hasard, il choisit la mine au grand dam de la famille qui n'oublie pas l'oncle tué par la mine alors qu'il n'avait que 20 ans. Son jeune frère l'admire. Michel se souvient alors de ce maudit 26 décembre : alors qu'il n'avait jamais été aussi heureux et fier, au volant de la moto et conduisant son grand frère, Joseph, son héros, frissonne en passant devant la mine. Quelques heures plus tard la mine s’effondrait sur lui.

Le temps passe mais la douleur ne quitte plus Michel, orphelin de frère, puis de père. Encouragé par un mot laissé par son père avant son décès, Michel, quarante ans plus tard, décide de venger la mort de Joseph. Cette catastrophe minière n'était pas un accident mais un meurtre. Elle aurait pu être évitée: des hommes sont responsables de la mort de son frère, tué à 30 ans, et n'ont jamais payé pour ce qu'ils avaient fait. Incognito, il retourne dans son village : la mine est morte, elle est devenue un monument historique et une stèle a été érigée à la mémoire des 42 mineurs. Michel se lance alors dans la chasse à l'homme et met en place sa vengeance.

Je n'avais jamais lu de roman de Sorj Chalandon mais pour une première lecture ce fut un vrai coup de cœur. Sorj Chalandon nous tient jusqu'à la fin : cette histoire haletante nous pose mille et une questions sur l'amour, la fraternité, la vengeance, la moralité, la folie.... Les retournements de situations sont fréquents et l'un m'a particulièrement surprise. L'écriture est magnifique et pleine d'humanité. Le Jour d'avant est un poignant hommage aux mineurs de tous les temps, à leurs familles brisées, aux hommes de la terre représentés par le père des deux garçons et enfin un peu à Germinal d'Emile Zola.

En quelques mots, Le Jour d'avant a été une lecture marquante et émouvante par son sujet et par son écriture.

" Venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, mort en paysan. Venger ma mère, morte en esseulée; j'allais tous nous venger de la mine. Nous laver des Houillères, des crapules qui n'avaient jamais payé leurs crimes. (...) Rendre justice aux veuves humiliées, condamnées à rembourser les habits de de travail que leurs maris avaient abîmés en mourant. "

Je remercie les Matchs de la rentrée de Priceminister.

Fanny

10001_logo_priceminister-1-702x150.png

10/10/2017

Le destin d'Anna Pavlovna, Alekseï Pisemski

IMG_20171007_152624_475.jpg

Alekseï Pisemski est un contemporain d'Ivan Tourgueniev peu connu en France. C'est avec un grand plaisir que j'ai découvert cet auteur russe avec Le destin d'Anna Pavlovna.


Alekseï Pisemski plonge le lecteur dans la Russie rurale du XIXe siècle. Nouvellement mariée, l'héroïne s'installe avec son époux dans un petit village organisé par quelques nobles, propriétaires de domaines. Malade, fragile, brutalisée par son mari, Anna Pavlovna dépérit alors que toute la petite noblesse provinciale se régale de commérages. Deux hommes de son passé ressurgissent alors dans sa vie: elle retrouve un vieux comte, ami de son père qui tombe follement amoureux d'elle et un jeune homme sans le sous qu'elle a aimé dans sa jeunesse et tout cela sous l’œil jaloux de son époux. Ces retrouvailles vont bouleverser sa vie. 


J'ai beaucoup aimé ce roman qui ressemble énormément à une tragédie. L'héroïne semble poursuivie par des puissances qui la dépassent et qui prennent diverses formes: la petite noblesse qui s'ennuie, qui fait et détruit des réputations et des êtres au gré de ses commérages mais aussi les hommes tout puissants au XIXe qui ne sont guidés que par des pulsions dévastatrices. Anna Pavlovna, héroïne courageuse, ressemble alors à une marionnette aux mains d'hommes capricieux, lâches et inconstants. Dans Le destin d'Anna Pavlovna, Alekseï Pisemski offre au lecteur un beau portrait de femme du XIXe siècle. Il nous donne aussi le reflet d'une Russie cruelle à observer : une société rurale dans laquelle les hommes fortunés régentent et détruisent selon leur bon vouloir la vie des "âmes" qu'ils possèdent : celles de leurs serfs et des femmes.

Je remercie Babelio et Les Editions Ateliers Henry Dougier pour cette belle découverte !

Lu dans le cadre du Challenge XIXe siècle organisé par Fanny

Fanny

Logo_HenryDougier.jpg    2843307054.png   logo-4.png

02/07/2017

Tante Wussi, Kartin Bacher et Tyto Alba

Couv_304029.jpg

Wussi, une vieille dame, reçoit souvent la visite de sa petite nièce. Au cours d'un déménagement, elle retrouve des albums photos. En parcourant les pages, Wussi remonte le temps et raconte à sa petite nièce sa vie et celle de sa famille dans une Europe aux multiples guerres.

Au début des années 30, le père de Wussi découvre Majorque au détour de cartes postales. Il tombe amoureux de cette île, quitte l'Allemagne et s'installe à Majorque avec toute sa famille. La vie paisible de la famille est bouleversée par les Franquistes qui prennent possession de l'île et instaurent violences et répressions. Pour fuir la guerre civile espagnole, Wussi et sa famille envisagent de retourner en Allemagne mais la mère de Wussi est d'origine juive.... Alors qu'ils connaissent l'existence des lois discriminantes vis-à-vis des juifs et les risques qu'ils prennent, la famille décide de repartir en Allemagne. Pris au piège entre ces deux guerres et ces deux pays, Wussi et sa famille seront séparés et malmenés par l'Histoire avec sa grande Hache pour reprendre les mots de Georges Perec. 

2184_P3.jpg

Les dessins de Tyto Alba ressemblent à des aquarelles. Les couleurs claires et les formes choisies pour représenter les humains m'ont fait penser aux tableaux de Marie Laurencin. Ce roman graphique est très instructif : j'ai appris beaucoup de chose sur la situation de Majorque pendant la guerre civile. L'histoire de Wussi et de sa famille est très émouvante. Leur double tragédie est un témoignage touchant de la situation catastrophique de l'Europe au XXe siècle. Le lecteur peut découvrir les véritables photographies de Wussi et de sa famille dans les dernières pages du roman graphique. Katrin Bacher achève l'histoire de Wussi par une réflexion douce amère : en quelques dessins, elle nous montre la situation de l'Allemagne d'aujourd'hui hantée par ses vieux démons. Des Allemands s'inquiètent du nationalisme renaissant alors que d'autres, tristes reflets d'une autre époque, prônent le repli du pays.

Je remercie Babelio et les éditions Steinkis.

Fanny

2184_P2.jpg

2843307054.png

                         0b97df6211652432f4516e49b2468a20134740d7.jpg

05/04/2017

Tout plaquer et aller prendre un bain, Mathou

Tout-plaquer-et-aller-prendre-un-bain.jpg

Tout plaquer et aller prendre un bain est un condensé et une collection des petits bonheurs de la dessinatrice et auteure Mathou. Chaque page contient un dessin tout en couleurs qui représente un moment simple et précieux de sa vie mais aussi des nôtres. Le livre se divise en plusieurs parties : les petits moments de tous les jours, les petits moments de temps et en temps et les petits mots qui font du bien. 

bd-mathou-croque-de-petits-moments-doux.jpg

Mathou explique au début de ce livre qu'elle souhaite juste, modestement, nous rappeler ces bons moments pour que l'on puisse voir la vie en rose même lorsqu'elle ne l'est pas. Elle réussit sa mission : ce petit livre nous offre un joli moment de lecture tout en douceur. Il fait du bien à nos petits cœurs et nous donne le sourire.

            9791090962262_pg.jpg      Extraits-Toutplaquer2.jpg

Les personnages sont trognons : leurs bouilles sont rondes et rosées, leurs sourires sont immenses et leurs cœurs gros comme ça. Leurs petits moments de bonheur, de gourmandise, de bêtise, de générosité sont aussi les nôtres. Notre vie n'est pas parfaite, nous ne serons jamais tout à fait celles que nous désirons être, nous ne serons jamais assez intelligentes, assez cultivées, assez belles et minces, mais ces petits instants de nos vies, qui nous laissent parfois indifférents les soirs de grandes fatigues, sont parfaits. Le principal dans nos vies est ici sous la forme d'un dessin coloré: un enfant que l'on aime, un amoureux attentionné, des amies qui nous font rire, une fleur qui sent bon, un livre qui nous ravit ... Ce livre nous donne envie d'arrêter de courir après la montre, d'être toujours plus exigeante envers nous et insatisfaite et nous pousse à profiter de notre petite vie, simple mais au combien belle. 

Lu dans le cadre de La BD fait son festival de Priceminister.

( Note de Tout plaquer pour aller prendre un bain : 16/20 et la fiche produit de ce livre sur Priceminister

Fanny

blog.jpg

02/04/2017

La revue d'Art Dada, Camille Claudel, Avril 2017

91Syjeu+CeL.jpg

A l'occasion de l'ouverture du musée Camille Claudel à  Nogent-sur-Seine, la revue Dada d'avril fait découvrir la grande sculptrice aux enfants et adolescents. Une dizaine de pages retracent le parcours artistique de Camille Claudel en lien avec sa vie privée en présentant les œuvres que le visiteur pourra découvrir à Nogent-sur-Seine.

J'ai beaucoup aimé la démarche pédagogique de la revue vis-à-vis de son jeune lecteur. Le magazine est exigeant avec ses lecteurs: il leur offre beaucoup de connaissances et les textes sont bien écrits mais ils ne sont pas complexifiés par du vocabulaire technique.  Le magazine créé des liens entre les œuvres de Camille Claudel et de ses maîtres Alfred Boucher et Auguste Robin et rend ces comparaisons bien plus évidentes en proposant les photographies côté à côté des deux sculptures comparées. Le jeune lecteur est toujours sollicité par des textes qui l'interpellent directement en utilisant des verbes à l'impératif pour l'inclure et lui donner l'impression de lire une leçon.

91MQGc1PAEL.jpg

Dada propose également deux ateliers "sculptures" pour donner libre cours à la créativité des lecteurs. On sent vraiment que le lecteur est au centre de la revue, qu'il est sa première préoccupation et cela est appréciable. La revue fait également un point sur l'actualité artistique en France en présentant les expositions en cours et en étudiant plus précisément l'oeuvre de l'une d'elle. Ce numéro explique plus particulièrement le tableau Christ et la femme adultère de Valentin de Boulogne.

Enfin, le magazine est beau esthétiquement. Il est assez documenté et exigeant pour plaire aussi aux adultes. J'aime Camille Claudel depuis quelques années et j'avais des connaissances sur son sujet mais j'ai tout de même appris des petites choses en lisant ce magazine. Cette revue d'art est donc une très belle découverte pour moi! 


Je remercie vivement Babelio et La Revue d'art Dada !

Fanny

          2843307054.png                             actu-dada.jpg