Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2019

Shirley, Charlotte Brontë

IMG_20190621_115755_768.jpg

Shirley était le dernier roman des soeurs Brontë qu'il me restait à découvrir. C'est avec une émotion un peu particulière que je l'ai lu, d'autant plus que Charlotte a commencé le roman avant de perdre Branwell, Emily et Anne et l'a terminé difficilement après cette succession de drames. Elle intitule ainsi le premier chapitre qu'elle rédige après toutes ces pertes : " La vallée de l'ombre de la mort.''

Shirley se déroule dans le Yorkshire, à l'heure des guerres napoléoniennes. La pauvreté et la misère poussent les ouvriers des manufactures à se révolter et à détruire les nouvelles machines de leur patron. Robert Moore, propriétaire d'une filature, est confronté à toutes ces difficultés. Dès le début du roman, homme sans pitié, il s'apprête à traquer ses ouvriers qui se préparent à détruire des machines qui doivent lui être livrées. 

Sa cousine, la douce et intelligente Caroline est amoureuse de lui. Il semble partager ses sentiments mais trop occupé par ses affaires, il n'est pas prêt à se marier.  Arrive alors dans la région, l'héroïne éponyme, Shirley qui change la vie des personnages. La jeune héritière n'a pas sa langue dans sa poche. Elle est curieuse des affaires et des révoltes ouvrières et ne tarde pas à attirer tous les personnages : Moore reconnait sa détermination, Caroline aime être en sa compagnie et la considère bientôt comme son amie. 

Caroline, consciente de l'ambition sociale de son cousin, sait bien que la riche Shirley serait un bon parti pour Robert. Elle ne tarde pas à tomber malade alors que le frère de Robert, un précepteur dénué d'un quelconque désir d'ascension, s'installe en ville. Ce nouveau personnage vient bouleverser le destin des trois héros. 

 

Shriley est en partie un roman social rendant compte des crises ouvrières, et parfois de leurs dures répressions, qui secouèrent le Yorkshire au début du XIXe siècle. Mais les histoires d'amour, les sentiments et rêveries de Shirley et Caroline prennent le dessus sur la peinture sociale. La satire des riches propriétaires et des vicaires isolés de cette région austère a également une place importante dans le roman. Cela ne plairait guère à Charlotte qui détestait les romans de Jane Austen mais certaines descriptions des vicaires peuvent amuser le lecteur, tout comme le faisait son aînée.

Shirley est aussi un hommage, une nouvelle vie offerte par Charlotte à Emily et Anne. L'écriture permet alors de conjurer la mort et de soigner la douleur. Caroline, intelligente, timide et calme n'est autre qu'Anne. Shirley, téméraire, déterminée et libre est l'incarnation d'Emily. Certaines scènes du roman sont des représentations littéraires de scènes réelles : Shriley se fait mordre par un chien et cautérise elle-même sa plaie avec un fer chaud comme le fit Emily à Haworth.

Ce roman est touchant : les héroïnes le sont, le contexte de l'écriture l'est aussi. Shirley est pavé qui se lit avec beaucoup de plaisir, l'écriture y est belle mais le roman n'emporte pas le lecteur dans cette fougue romanesque et lyrique comme est capable de le faire Jane Eyre. J'ai préféré Shriley à Vilette, lu il y a quelques années, mais il reste en deçà de Jane Eyre selon moi. 

" Dans ces dernières années, une abondante pluie de vicaires est tombée sur le nord de l’Angleterre. Les collines en sont noires : chaque paroisse en a un ou plusieurs ; ils sont assez jeunes pour être très actifs, et doivent accomplir beaucoup de bien. Mais ce n’est pas de ces dernières années que nous allons parler ; nous remonterons au commencement de ce siècle. Les dernières années, les années présentes, sont poudreuses, brûlées par le soleil, arides ; nous voulons éviter l’heure de midi, l’oublier dans la sieste, nous dérober par le sommeil à la chaleur du jour et rêver de l’aurore."

 

Lu dans le cadre de la Journée victorienne organisée par Lou et Titine.

Logo-mois-anglais-2019_01-1024x768 (1).jpg

 

Commentaires

oh tout un bien bon Bronte didonc...et que de malheurs que de malheurs....cela se ressent dans la lecture ?
Mais il me plairait bien

Écrit par : rachel | 21/06/2019

Répondre à ce commentaire

Je n'avais jamais entendu parler de ce titre ; merci pour la découverte!

Écrit par : FondantGrignote | 22/06/2019

Répondre à ce commentaire

Comme toi, j'ai presque tout lu des soeurs Brontë. Il me reste cependant celui-ci et un ou deux autres à lire. Je sais qu'il s'agit d'un pavé alors je me le garde précieusement de côté...

Écrit par : Le Salon des Lettres | 22/06/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire