Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2015

Le mois anglais

Nous sommes très heureuses de participer pour la première fois au mois anglais du mois de juin qui est organisé par Titine, Cryssilda et Lou. Merci à vous pour cette chouette idée et pour l'organisation ! Ce mois anglais est l'occasion de vivre au rythme des heures sonnées par Big Ben, de boire du thé, de manger des muffins et surtout de lire les auteurs anglais. Pour participer, il suffit de poster le lien de votre chronique lorsque vous la publiez sur la page du billet récapitulatif qui sera mis en ligne en juin ou sur la page facebook.

Titine, Cryssilda et Lou proposent ces belles lectures communes: 

-LC Mark Watson : 1er juin 

-LC ou billet hommage à Terry Pratchett : 10 juin 

-LC autour d'Ann Granger : 12 juin 

-LC autour de "Maisie Dobbs" de Jacqueline Windspear (n'importe quel tome) : le 12 juin 

-LC Daphné du Maurier : 13 juin

-LC autour de Jane Austen : 16 juin 

-LC autour de Tracy Chevalier (romans se déroulant en Angleterre) : 20 juin 

-LC autour de Ian McEwan : 24 juin 

-LC autour de Charles Dickens : 26 juin

-LC autour de Daniel Defoe : 28 juin

-LC 200 ans d'Anthony Trollope : 30 juin

 

-Journée polar anglais : 4 juin

-Roman historique se déroulant en Angleterre : 6 juin

-Journée littérature enfantine anglaise : 8 juin 

-LC Reines et Rois anglais : 14 juin 

-Journée auteurs anglais d'origine étrangère : 15 juin

-Journée autour des écrivaines anglaises du 20ème siècle : 18 juin

 

Nous nous réjouissons à l'avance de participer à ce mois et voici les titres que nous espérons avoir le temps de lire:

La pile d'Emilie: 

CIMG0070.JPG

La pile de Fanny : ( +  le dernier tome d'Ann Granger et je suis désolée pour la mauvaise qualité de la photographie) :

DSC_0102.JPG

11188172_391095041080163_5368143613513055468_n.jpg

16/05/2015

Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy

11193307_765927763524587_5123499177909851906_n.jpg

Comme bon nombre d'entre vous, j'ai très envie d'aller voir le film de Thomas Vinterberg qui sort le 3 juin et j'ai voulu lire le roman avant de voir son adaptation cinématographique.

Loin de la foule déchaînée s'ouvre sur la description physique et psychologique de Gabriel Oak, un berger travailleur qui possède son propre troupeau à Norcombe. Il croise par hasard la belle Batsheba Everdene dont il tombe amoureux dès les premiers regards. Très rapidement, il lui demande de l'épouser et elle refuse espérant un parti plus intéressant. Batsheba Everdene hérite alors du domaine de son oncle fortuné qu'elle doit apprendre à gérer toute seule. De son côté, Gabriel Oak a perdu son indépendance économique à cause de divers revers de fortune et doit désormais se trouver un patron. Alors qu'il parcourt la campagne du Wessex pour trouver un emploi, il aide par hasard des ouvriers agricoles à éteindre un feu qui se déclare dans une propriété et sauve ainsi les récoltes du propriétaire qui n'est autre que Batsheba elle-même. Elle lui procure un emploi et Gabriel, devenu un employé comme un autre, n'envisage plus un possible mariage avec celle qui est devenue sa patronne. La disparition de Fanny, une employée de maison de Batsheba, partie rejoindre son fiancé, s'ajoute aux ennuis de la ferme. Batsheba est une femme de poigne qui prend ses responsabilités à bras le corps et qui épate tous les patrons masculins de la région lorsqu'elle se rend aux marchés pour vendre ses productions. Tous l'admirent, sauf Monsieur Boldwood, le plus riche propriétaire des environs. Par jeu et par fierté, Batsheba, ne supportant pas qu'il l'ignore, fera tout pour attirer son attention à ses risques et périls. Alors que Monsieur Boldwood a remarqué Batsheba plus qu'elle ne le souhait et qu'il la poursuit par de pressantes demandes en mariage, notre héroïne rencontre Francis Troy dans une forêt et elle tombe immédiatement sous son charme. Ce sergent à la réputation douteuse va chambouler la vie de tous les personnages...

269307.jpg

Thomas Hardy dresse une galerie de personnages attachants parce que plein d'espoirs et d'attentes. L'espoir est le fil conducteur de chaque personnage. Fanny espère que son fiancé pour qui elle a tout quitté finira par l'épouser, Boldwood espère séduire et épouser Batsheba, Gabriel, à force de travail et de sacrifices, espère retrouver sa bonne situation et grâce à celle-ci se faire accepter par Batsheba. Quant à cette dernière, elle espère de tout coeur ne pas avoir fait d'erreurs dans ses choix.... Tous ces personnages sont très forts et ne laissent pas indifférents. On s'attache à eux pour des raisons différentes: Fanny est entreprenante et risque tout par amour, Boldwood est un homme désespérément amoureux de Batsheba et parfois désespérant, Batsheba est courageuse, Troy regrette certains de ses actes et Gabriel est d'une fidélité et d'une honnêteté sans fin. Gabriel Oak (qui porte bien son nom puisque Oak signifie chêne) gagne notre sympathie dès les premières pages du roman et ravit parfois la place de héros du roman à Batsheba.  

Les paysages et le travaux agricoles sont décrits minutieusement par Thomas Hardy et le lecteur a presque l'impression de sentir l'odeur du foin coupé ou d'entendre la faux qui s'abat. On a l'impression d'avoir sous les yeux un tableau de John Constable. La nature est un personnage important de ce roman et chaque personnage semble en faire pleinement partie.

constable-cornfield-NG130-fm.jpg

(Le chant de blé, John Constable, 1826)

Loin de la foule déchaînée est un grand classique avec des personnages forts et une intrigue palpitante. Les rebondissements sont nombreux et si certains liens entre les personnages ou actions sont devinés par le lecteur d'autres sauront le surprendre au fil de sa lecture.

La plume de Thomas Hardy m'a paru moins savoureuse que dans Une femme d'imagination et autres contes mais cela est peut-être d à la traduction ou au travail de l'auteur au fil des ans puisque Loin de la foule déchaînée est son premier roman. Malgré cela, son écriture ensorcelle toujours le lecteur.

Loin de la foule déchaînée est un roman brillant et qui entre immédiatement dans la liste de mes livres préférés. Je reste toujours admirative et sans voix face à un grand talent. Je suis définitivement conquise par la plume de Thomas Hardy, par ses descriptions de la campagne du Sud de l'Angleterre et par ses personnages puissants.

Merci mille fois, Monsieur Hardy.

 

Voici les premières lignes du roman:

" Quand le fermier Oak souriait, les commissures de ses lèvres touchaient presque ses oreilles, ses yeux se plissaient jusqu'à ne plus former que deux fentes et un faisceau de rides apparaissait autour d'eux, qui dessinait sur son visage comme les rayons d'un soleil levant sur un croquis rudimentaire."

Fanny

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle chez Fanny !  

2071237519.png

 

07/05/2015

Les indiscrétions d'Hercule Poirot, Agatha Christie

 

11008549_763567513760612_542833098577823373_n.jpg

Richard Abernethie, chef de famille et aîné d'une fratrie disparue à l'exception d'une sœur et d'un frère, succombe très rapidement à une maladie qui le diminuait et qu'il ne voulait pas combattre après la mort de son épouse et de son unique fils. Le jour de son enterrement, son cadet et sa cadette ainsi que ses nièces et neveux s'étonnent de la rapidité de sa mort. C'est sans compter sur Cora, la soeur cadette de Robert, qui lâche comme un pavé dans la mare que son aîné a été assassiné par un membre de la famille et qu'ils ont tous eu raison d'étouffer l'affaire. La famille et Monsieur Entwhistle, l'avoué et ami de Robert, sont stupéfaits et ne savent plus quoi penser. Oui ce serait possible, Richard est mort très rapidement et les dispositions de son héritage ne font pas que des heureux. Non, ce serait impossible, Cora ne dit que des bêtises depuis qu'elle est toute petite, elle est écervelée... Cependant, parfois, elle touche dans le mille pour le plus grand malaise de tous... Le doute n'est plus permis lorsque cette même Cora est brutalement assassinée le lendemain de l'enterrement. Quelques jours plus tard, c'est au tour de la dame de compagnie de Cora et sa confidente de recevoir un gâteau empoisonné à l'arsenic.

Dépassé par les événements, Monsieur Entwhistle décide alors d'appeler un vieil ami, Hercule Poirot qui doit se faire passer pour un étranger désirant acheter le domaine de Robert que la famille ne peut pas garder. Notre détective préféré entre en catimini dans la famille, furète, écoute les conversations en faisant semblant de ne pas les comprendre à cause de son anglais approximatif ...

Les indiscrétions d'Hercule Poirot est très réussi et le suspense est entier. Il ne fait pas partie des romans les plus connus d'Agatha Christie mais je crois qu'il va faire partie des meilleurs que j'ai lus. L'intrigue est plus compliquée qu'elle n'y paraît et Hercule Poirot lui-même ne sait plus par quel bout dénouer cette énigme. Il joue alors le tout pour le tout et recherche l'unique preuve qui pourrait confirmer ses hypothèses. Et le lecteur découvre alors un meutrier qu'il aurait du identifier depuis le début puisqu'Agatha Christie avait pris soin de nous laisser un indice bien visible.

N'est pas Hercule Poirot qui veut !

Fanny

06/05/2015

Une femme d'imagination et autres contes, Thomas Hardy

 

9782253020509-T.jpg

Une femme d'imagination et autres contes est ma première lecture de Thomas Hardy et elle fut un véritable coup de foudre dès les premières pages !

Dans ces quatre contes, Thomas Hardy nous plonge dans le destin de quatre femmes amoureuses au XIXe siècle: Phyllis, Sophy, Caroline et Ella. Quelques soient les conditions sociales ou l'âge de ces femmes, elles souffrent de la toute puissance masculine qui leur impose des unions ou leur interdit des amours. Cette Angleterre du XIXe siècle est faite par les hommes, pour les hommes et les femmes n'ont que la place qu'ils veulent bien leur concéder. Elles ne disposent ni de leur vie, ni de leur personne.

Dans Le hussard mélancolique de la Légion germanique, Phyllis se retrouve confrontée à un choix cornélien. Elle est déjà fiancée à un bon parti mais elle aime en secret un soldat étranger qui lui propose de fuir. Le véto du fils conte la vie de Sophy, tyranisée par son fils qui s'y entend pour faire du chantage à sa mère et pour lui pourrir la vie. Quant à Caroline, elle ne contrôle plus son corps et son âme lorsqu'elle entend la musique d'un mystérieux violoniste dans Le Violoneux des contredanses. Dans Une femme d'imagination, Ella s'égare en tombant amoureuse d'un poète dont elle n'a vu que le portrait et dont elle lit la poésie. La première et la dernière nouvelle furent celles qui me touchèrent le plus.

10421290_759316694185694_8510721339375235739_n.jpg

Thomas Hardy a dû être une femme dans une vie antérieure pour aussi bien comprendre et exprimer les tourments, les sentiments et les maux de ses héroïnes. Les quelques pages de chaque conte sont aussi denses et riches que le serait un roman et rien ne manque à notre lecture. Cette richesse contenue dans quelques pages m'a rappelé la force des nouvelles de Stefan Zweig.

L'écriture de Thomas Hardy est sublime et la traduction de Magali Merle est plus que réussie. La plume de Thomas Hardy est distinguée et fine comme s'il effleurait avec beaucoup de tendresse et de douceur ses héroïnes devenues de fragiles figures de porcelaine qu'il ne voudrait surtout pas abîmer.

Ces contes sont des pépites d'or et l'on reste sans voix devant tant de beauté.

"En ces temps-là, à la campagne, les jolis miroirs étaient plus rares que de nos jours, et celui que Phyllis avait devant les yeux emporta son admiration. Elle s'y mira et, voyant comme elle avait les yeux battus, s'efforça de leur donner plus d'éclat. Elle se trouvait dans ce pitoyable état d'esprit qui conduit une femme à s'avancer en automate sur le sentier qui, à ses yeux, lui est assigné."

Lu dans le cadre du challenge du XIXe siècle chez Fanny

1864681283.jpg

 

Fanny 

 

19/04/2015

Le cercle des plumes assassines, JJ Murphy

11129288_754160458034651_7167668721831960650_n.jpg

Présentation de la maison d'édition:

 Critique, nouvelliste, poète, et plus tard scénariste, Dorothy Parker fut l’un des piliers de la célèbre Table Ronde de l’hôtel Algonquin, où déjeunaient ensemble les esprits les plus caustiques de New York. Dans ce roman qui nous fait revivre les années 20, elle se retrouve malgré elle au centre d’une enquête criminelle. Un matin, elle découvre, sous la table habituelle du cercle d’amis, un inconnu poignardé en plein cœur. Pour compliquer l’affaire, un jeune outsider, venu du Sud, un certain William (« Billy ») Faulkner, qui rêve de devenir écrivain, apporte un témoignage troublant. Il prétend avoir eu un furtif aperçu du tueur… Bientôt il sera traqué aussi bien par la police que par les malfrats les plus redoutables de la ville.

Dans un rythme endiablé, ce roman qui allie suspense et humour nous plonge dans l’ambiance de Manhattan à l’époque de la Prohibition. On y croise gangsters notoires, stars de cinéma, légendes littéraires, des personnes réelles côtoyant des êtres de fiction. Jeux de mots, propos acidulés, insultes à peine voilées : les répliques fusent comme des tirs de mitraillette, le tout dans une joyeuse anarchie.

cercle.jpg

 Comme chaque jour à 13h, Dorothy Parker entre dans le restaurant de l'hôtel de l'Algonquin pour manger avec ses amis et confrères journalistes et auteurs mais surtout pour partager les derniers ragots et rivaliser de bons mots et de piques assassines. Alors que Dorothy Parker s'installe à la Table Ronde, elle découvre deux jambes dépassant de dessous la table. Elle pense alors que ses amis, portés sur la bouteille, sont déjà ivres. Elle se trompe amèrement, l'homme n'est pas ivre mais mort. Commence alors pour Dorothy et ses amis auteurs, journalistes et critiques qui se surnomment eux-mêmes le cercle vicieux une enquête pour retrouver l'assassin de leur confrère Mayflower tué avec un stylo-plume.

Le cercle vicieux est directement montré du doigt par la police et par les journaux à scandales puisque Mayflower a été retrouvé sous la Table Ronde qui est uniquement réservée à Dorothy Parker et à ses amis. Notre héroïne rencontre alors un jeune sudiste, William Faulkner, venu à New York pour devenir écrivain qui affirme avoir vu le tueur dans le hall de l'hôtel juste avant la découverte du cadavre. Dorothy est touchée par ce jeune homme qu'elle prend sous son aile et qu'elle présente au cercle vicieux. Suite à ces déclarations, Dorothy, son ami le plus proche Benchley et Faulkner sont poursuivis et menacés par un tueur en série qui veut les réduire au silence...

Dorothy Parker et ses amis vont se retrouver dans des situations improbables décrites avec beaucoup d'humour par JJ Murphy. Ils rencontreront des gangsters, traqueront un assassin, se cacheront sous des lits pour trouver des preuves dans l'appartement de la victime, risqueront d'être arrêtés parce qu'ils se moquent allègrement des inspecteurs de police et iront boire pour oublier toutes ces péripéties.

Avec beaucoup de talent, JJ Murphy plonge le lecteur dans le New York de la Prohibition et des années folles. Le lecteur est entraîné dans tout New York: il pénètre dans une imprimerie, dans un troquet malfamé ou encore dans des soirées littéraires où les invités vont se servir du punch caché dans la baignoire. A cette époque, William Faulkner cherche sa voix et Dorothy Parker est davantage connue pour ses répliques acidulées que pour sa poésie. A ma grande honte je ne connaissais pas Dorothy Parker, c'est une faute corrigée grâce à JJ Murphy. J'espère la lire très prochainement.

J'ai aimé suivre ces personnages, fictifs ou réels, qui ne manquent pas de mordant. Le cercle des plumes assassines est très original, atypique et totalement farfelu. L'intrigue policière est parfois oubliée au profit de l'humour et de scènes décalées et loufoques. Elle en devient même secondaire. J'ai franchement ri en découvrant certaines situations dans lesquelles se trouvent les personnages ou leurs jeux de mots et répliques piquantes rendus avec beaucoup d'intelligence par la traductrice Hélène Collon. On est presque parfois jaloux de la vivacité d'esprit et de l'humour corrosif de Dorothy. Le cercle des plumes assassines est le premier tome d'une série de romans policiers.

Comme vous l'aurez compris, j'ai énormément apprécié cette lecture et ce roman est un régal à lire.  

" Dorothy Parker observa les jambes immobiles qui dépassaient de la nappe, sous la Table Ronde de l'Algonquin.

Ça m'apprendra à arriver en avance, songea-t-elle.

D'habitude, elle n'arrivait jamais en avance nulle part. Souvent elle était même la dernière. Mais ce jour-là, malgré toute sa bonne volonté, quelqu'un l'avait précédée.

- Eh bien, on roule déjà sous la table alors qu'on n'a même pas déjeuné? Lança-t-elle en s'adressant aux deux jambes. Même moi, j'attends midi passé pour tomber si bas."

 

" Le téléphone sonna. Elle décrocha machinalement. C'était encore Mickey Finn.

- Raccrochez-moi au nez une fois de plus et vous serez la prochaine sainte à entrer au paradis.

- Au paradis, moi? Vous vous êtes trompé de numéro."

 

Je remercie infiniment Madame Liebow et les éditions Baker Street pour cette lecture mordante !

Fanny                                                                                             40eedf0fdabe3928abf88e5170f09aa7_400x400.jpeg

 

 

27/03/2015

L'Affaire Protheroe, Agatha Christie

1907413_742331979217499_2293473850923389046_n.jpg

La vie est paisible et même un peu ennuyeuse à Saint Mary Mead. Les vieilles demoiselles se retrouvent autour d'une tasse de thé pour échanger les derniers commérages, tout le village se connaît et les jours se suivent sans surprise.

Jusqu'au jour où le pasteur Monsieur Clément donne rendez-vous au colonel Protheroe dans son bureau. Un petit fait de plus sans importance, seulement voilà, quand le pasteur arrive dans son bureau, le colonel Protheroe est mort. Détesté par tous, le colonel avait mille et un ennemis qui souhaitaient sa mort et le pasteur lui-même avait affirmé quelques jours auparavant que sa disparition serait bénéfique au plus grand nombre. Alors que les inspecteurs et le pasteur lui-même enquêtent sur ce crime, le peintre du village M. Redding va se livrer à la police. Son pistolet est l'arme du crime, il a été le dernier à voir le colonel vivant et il s'est disputé avec lui peu de temps auparavant... Tout concorde et l'affaire est sur le point d'être classée lorsque Madame Protheroe s'accuse d'avoir tué son mari... Les inspecteurs ne savent plus où donner de la tête et le pasteur ne sait plus quoi penser de ses ouailles. Heureusement, parmi ces vieilles dames vivant tranquillement dans un cottage, espionnant tout, furetant partout et commérant sur toute chose, il y a Miss Marple. Avec son sens inouï de l'observation, avec sa logique infaillible et sa connaissance approfondie de la nature humaine sans même sortir de son jardin, elle aidera Monsieur Clément et les enquêteurs à retrouver l'assassin !

L'Affaire Protheroe est le premier roman dans lequel le personnage de Miss Marple apparaît. Le pasteur Clément est au centre du roman: il en est le narrateur, le crime est commis chez lui, il suit les inspecteurs dans leurs investigations mais il écoute également les avis de sa voisine Miss Marple. L'héroïne d'Agatha Christie se fait discrète dans ce roman. Comme toujours, elle est bien trop intelligente pour nous autres, vils mortels (tout du moins pour moi) et elle trouve infailliblement l'assassin. La fin du roman est très surprenante et le récit est mené tambour battant sans ornements descriptifs.

Pour conclure, comme toujours , j'ai eu un immense plaisir à lire ce roman d'Agatha Christie et j'ai ressenti une véritable tendresse pour Miss Marple.

Fanny

23/03/2015

L'Art d'écouter les battements de coeur, Jan-Philipp Sendker

IMG_20150315_164734.jpg

Le père de Julia, Tin Win, a disparu depuis quatre ans. Un jour, il a pris un avion pour une prétendue réunion à Boston et il n'est jamais revenu. Partagée entre la colère, l'incompréhension et la tristesse, Julia découvre un carton contenant les documents de son père et une lettre d'amour adressée à une mystérieuse Mi Mi vivant en Birmanie. Elle décide alors de partir à la recherche de son père en Birmanie, son pays natal. Sur place, elle va rencontrer un homme énigmatique, U Ba, qui semble en savoir bien plus sur son père qu'elle même. Le voyage de Julia va la conduire à la découverte de la Birmanie, de sa culture et de ses croyances mais surtout à la découverte du passé de son père dont elle ne sait rien. U Ba lui raconte alors l'histoire d'un enfant maudit par les étoiles, abandonné par ses parents, capable d'entendre les battements des coeurs et follement amoureux d'une jeune fille de son village. Petit à petit, Julia va retrouver les traits de son père dans ceux de cet enfant.

L'Art d'écouter les battements de coeur est un conte moderne. Les prémonitions et les étoiles guident les Birmans et cette culture laisse une large place au surnaturel et à l'extraordinaire. J'ai aimé la narration enchâssée : U Ba raconte à Julia le passé de son père qu'elle nous rapporte à son tour. J'ai aimé l'aspect merveilleux de certains extraits et l’immersion dans la culture birmane qui nous offre un regard différent sur la vie, l'amour et la mort. Cependant, je crois que l'aspect merveilleux du conte m'a empêchée de m'attacher véritablement aux personnages. La fin du roman est vraiment très surprenante.

J'avais lu d'excellentes critiques avant de participer à la masse critique de Babelio. J'ai été déçue de ne pas plus aimé le roman et de ne pas plus être touchée par la quête de Julia et par l'histoire de son père. Pour sa défense, j'ai lu L'Art d'écouter les battements de coeur juste après mon grand coup de coeur pour La Promesse. C'est toujours bien difficile pour un roman qui suit un coup de coeur...

Pour conclure, L'Art d'écouter les battements de coeur est un conte moderne empreint d'orientalisme agréable à lire mais pas inoubliable.

Je remercie vivement Babelio et la maison d'édition Le Livre de Poche !

 

Fanny

2843307054.png                                  logo-Livre-de-poche.JPG