Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2016

Propos cocasses et insolites entendus en libraire, Jen Campbell

1913622_928268700623825_3622781599755823529_n.jpg

Les soirs de lassitude professionnelle, chaque lecteur de tous les coins du monde a dû, lors d'un court instant et en imagination, bazarder son métier et rêver de tenir une jolie librairie avec un sol en parquet, des étagères qui sentent bon le bois et un bouquet de fleurs sur "le comptoir". Nous nous sommes tous vus dans une librairie qui ressemble à celle de Meg Ryan dans Vous avez un message, entourés de ces livres que nous aimons et qui nous semblent parfois plus familiers que certains membres de notre famille. Et puis, nous nous réveillons subitement de ce doux rêve.

Jen Campbell nous montre que, contrairement à notre rêve idéaliste, les librairies ne sont pas fréquentées uniquement par des gens instruits, intelligents, aimables, sympathiques et raisonnables.

Propos cocasses et insolites entendus en librairie est une anthologie des choses les plus loufoques, stupides, absurdes, attendrissantes ou drôles que Jen Campbell et d'autres libraires anglophones ont entendu en travaillant. Tout est vrai dans ce recueil. La vie des libraires n'est pas un long fleuve tranquille et nécessite une bonne dose de patience ! Des dessins de Pancho accompagnent les conversations entre le libraire et le client.

J'ai toujours aimé lire les perles liées à mon métier, celui de professeur. Les élèves, leurs parents et les collègues sont une source inépuisable de rigolade. J'avais donc un a priori positif sur Propos cocasses et insolites entendus en librairie et je n'ai pas du tout été déçue ! J'ai beaucoup ri et j'ai partagé certaines conversations entre libraire et client avec les miens. Nous nous moquons souvent de ces clients loufoques, nous nous attendrissons en entendant certaines réflexions enfantines et nous restons parfois sans voix face au sans-gêne ou à l’ignorance de certains.

icono_propos_cocasses_librairie-bd-plat-1-crg.jpg

 

Client : " Est-ce que vous avez des livres écrits par Emma Bovary ? "

Client : " Je file au supermarché, juste le temps de faire mes courses pour la semaine. Je dépose mes fils chez vous, OK ? Ils ont trois et cinq ans. Ils ne vous dérangeront pas."

Client: "Je cherche un livre vraiment abominable pour offrir à quelqu'un que je déteste."

Client (en train d'acheter Treize façons de se débarrasser d'un cadavre, murmure sérieusement):  " En fait, vous savez, il en a quatorze .... "

Client: " A votre avis, qu'est-ce que je devrais lire quand je suis dans le métro pour séduire les filles ? "

 

Cette découverte divertissante arrivait à point nommé après la lecture d'une biographie et fut un régal. En commençant, je ne savais pas si j'allais lire ce recueil d'une traite ou parcourir chaque soir une section et un thème. Je l'ai finalement lu sans discontinuité tant il est agréable.

Je remercie Madame Liebow et Les Editions BaKer Street pour cette lecture divertissante.

Fanny

Recueil lu en lecture commune avec Fanny

40eedf0fdabe3928abf88e5170f09aa7_400x400.jpeg

 

18/03/2016

Du fond de mon coeur, Jane Austen et Un portrait de Jane Austen, David Cecil

IMG_20160318_174343.jpg

Avant mon voyage en terres "austeniennes" et "hardyennes" en avril, j'ai voulu me replonger dans l'univers de notre chère anglaise. J'ai désormais envie de relire tous ses romans !

12795310_915780678539294_8888470964142829733_n.jpg

J'ai débuté par Du fond de mon coeur, un recueil épistolaire. Jane Austen s'adresse à ses nièces: Fanny, Anna et Caroline. Ces correspondances sont agréables à lire et l'on retrouve le piquant de Jane Austen qui se moque de ses voisins, conseille ses pièces pour leurs propres oeuvres littéraires ou pour leurs histoires amoureuses. Malheureusement, Cassandra, l'aînée de Jane, est passée par là et a découpé dans les lettres de notre Anglaise préférée les extraits trop intimes. Nous n'apprenons rien sur la vie privée de Jane ou sur ses émotions et sentiments. Jane Austen est pudique dans sa correspondance, mais si certaines phrases révélaient un peu trop ses sentiments, nous pouvons être certains qu'elles furent détruites par Cassandra. Jane Austen n'a pas voulu que l'on atteigne son moi profond, il faut nous contenter de deviner sa personnalité à travers son attention pour ses nièces, sa générosité et son ironie. Jane révèle tout de même son art poétique à ses nièces et nous en apprenons ainsi davantage sur son travail de romancière.

12800214_921946314589397_3137245444932794286_n.jpg

J'ai poursuivi mon parcours dans la vie de Jane par la lecture d'Un portrait de Jane Austen par David Cecil. Le début de ma lecture a été difficile: j'ai eu du mal à accrocher à cette biographique que je trouvais un peu scolaire et lente. Finalement, je suis ravie de l'avoir achevée. David Cecil trace un portrait flou à certains endroits de la romancière faute de témoignages ou d'écrits privés mais la biographie nous apprend énormément sur Jane Austen, sa famille, son époque et sa vision de la littérature. Peut-être que certaines informations ne sont pas analysées d'un point de vue objectif tant l'amour de David Cecil pour Jane Austen est grand, mais peu importe puisque le notre l'est tout autant. Nous nous demandons parfois où est la vérité derrière toute l'admiration de David Cecil qui semble peindre la Jane Austen idéale qu'il a imaginée en lisant ses romans. Jane Austen a voulu rester un mystère pour l'auteur de son époque en signant ses romans sous le pseudonyme "une dame". Des siècles après sa mort, elle semble encore plus inaccessible. Alors, finalement, chaque lecteur peut se construire sa propre Jane Austen.

Pourquoi ne pourrions-nous pas l'imaginer, comme David Cecil, intelligente, pétillante, pudique et drôle ?

"Chaque fois que son imagination commençait à travailler, un sourire se dessinait sur ses lèvres - et il ne les quittait jamais très longtemps. Ce sourire est la signature littéraire qui met un point final à chaque livre."

Fanny

Lu dans le cadre du challenge A year in England chez Titine.3071420461.2.jpg

 

 

26/02/2016

Docteur Glas, Hjalmar Söderberg

9782369142409.jpg

Stockholm, fin du XIXe siècle. Le Docteur Glas tient un journal intime dans lequel il retranscrit sa vie quotidienne, revient sur son passé ou s'interroge sur Dieu, la mort ou l'amour. Il a l'habitude de croiser le chemin de femmes désespérées qui implorent son aide, le plus souvent pour faire disparaître un enfant indésiré. Ses oreilles ne sont pas attentives à ces discours, il ne se laisse pas toucher et se cache toujours derrière son devoir de médecin pour ne pas aider ces jeunes femmes et ne pas risquer de perdre son métier. Lorsque Madame Gregorius lui demande son aide, le docteur change de position. Madame Gregorius est une jeune femme pieuse mariée à un vieil homme qu'elle n'aime pas et n'a jamais aimé. Il est pasteur et elle a cru, en l'épousant, calmer ses troubles. Son mariage n'a fait que les accroître: elle ne le supporte plus physiquement et elle est tombée dans les bras d'un autre. Elle demande alors au docteur de l'aider à éviter tout contact avec son époux. Pris de pitié et surtout charmé par ses atouts, le docteur accepte de faire une exception et l'aide à fuir les bras de son mari. Le docteur finira par s'immiscer plus qu'il n'est convenable dans ce couple en étant le confident de l'épouse désespérée et du mari frustré. Il aime Helga Gregorius et ne ressent petit à petit pour le pasteur Gregorius que haine et dégoût.

12747626_47487698.jpg

Passé après la lecture de Tess d'Urberville n'est pas une mince affaire mais Hjalmar Söderberg a su relever ce défi. Ce court classique suédois m'a fait penser aux nouvelles de Stefan Zweig. La brièveté du récit n'enlève rien à la densité de l'intrigue ou à la profondeur du héros. Ce "triangle amoureux" sordide est parfois gênant mais il est très intéressant. Aucun des personnage n'est à proprement parler attachants, mais paradoxalement, les interrogations sur le monde, sur la morale, sur la littérature ou sur la vie notées par le docteur dans son journal intime nous touchent et nourrissent nos propres réflexions. Elles sont tour à tour amères ou mélancoliques mais elles sont toujours profondes et souvent modernes pour le XIXe siècle. Ainsi le héros a des opinions très arrêtées sur la religion ou l'euthanasie. Enfin, j'ai aimé déambuler avec le docteur Glas dans Stockholm, une ville que j'ai beaucoup aimée lorsque je l'ai visitée il y a quelques années.
J'ai passé un très bon moment avec ce classique suédois qui est atypique.


Je te remercie vivement Babelio et les Editions Libretto pour cette belle découverte !

" Et depuis quelques temps, j'incline à croire qu'il n'y a sans doute aucune raison à ce que l'on comprenne la vie. Cette rage d'expliquer et de comprendre, cette chasse de la vérité n'est qu'une erreur. Nous bénissons le soleil parce que nous vivons à une telle distance de lui qui nous est utile ; mais quelques millions de kilomètres plus près ou plus loin, nous serions gelés ou consumés. S'il en était de la vérité comme du soleil ? "Celui qui contemple la face de Dieu doit mourir", dit le vieil adage finlandais, et Oedipe, après avoir résolu l'énigme du Sphinx, devint le plus malheureux des hommes."

" Mesure en toute humilité ton état, ta condition d'habitant de la terre. Alors la vie deviendra quelque chose d'important et la nuit sera éternelle et profonde."

Fanny

Lu dans le cadre du Challenge XIXe siècle chez Fanny.

 

logo2.jpg             2843307054.png     9b4n.jpg

 

                         

20/02/2016

Tess d'Urberville, Thomas Hardy

12662463_906078599509502_6016974635554841100_n.jpg

Ivre, John Durbeyfield rentre la nuit chez lui lorsqu'il croise le pasteur de la région qui lui apprend qu'il est un descendant d'une illustre famille désormais éteinte: les d'Urberville. John n'a alors qu'une obsession: retrouver le prestige de ses ancêtres et le rang auquel il estime avoir droit. Ainsi, il n'hésite pas à faire culpabiliser sa fille qui a commis la faute de s'endormir en route et d'avoir eu un accident avec le cheval afin de l'envoyer chercher du travail auprès des derniers d'Uberville puissants de la région. Tess travaille et vit chez Alec d'Urberville et sa mère. Alec d'Urberville est un dangereux séducteur qui mènera Tess à sa perte.

Tess décide de fuir Alec malgré les voeux de ses parents qui souhaitent la marier à Alec. Tess, considérée comme impure par la société, sujet de ragots dans le village et jugée idiote par ses parents, trouve un travail dans une laiterie et essaie de se faire oublier. Elle rencontre alors de jeunes laitières qui vont devenir ses amies mais aussi Angel Clare, un fils de pasteur qui souhaite devenir fermier et qu'elle a déjà croisé des années auparavant.

Tess d'Urberville a tout pour séduire et fut un véritable coup de coeur pour moi. Tout est beau et tragique dans ce roman. Tout d'abord, l'Angleterre du Sud est magnifiée par Thomas Hardy qui décrit de vastes paysages et des scènes champêtres dans lesquelles, loin des clichés, les paysans ne sont pas des idiots lourdauds. Les personnages sont riches et notre regard ne cesse de se paufiner sur leur caractère. Tess est une héroïne qui force le respect: sa générosité, sa force de caractère et son abnégation sont sans failles. Angel Clare et Alec d'Urberville sont les deux personnages masculins opposés: l'un cherche la pureté, l'autre pourrait être la figure du diable. Les deux hommes sont intéressants pour le lecteur et bouleverseront l'existence de Tess. Les parents de Tess sont exaspérants et nous donnent des envies de meurtre.

Thomas Hardy nous livre une grande et belle tragédie. Le lecteur sait que l'histoire se terminera mal mais la fin reste surprenante et la fatalité a un grand rôle. La rencontre de Tess et d'Angel est et devait être trop tardive, Tess devait d'abord rencontrer Alec pour son plus grand malheur. C'est la fatalité qui poursuit Tess qui est constamment coupable: coupable d'avoir tué le cheval, coupable d'avoir eu une relation sexuelle avec Alec, coupable de mensanges et de calculs. Elle est forcément coupable parce qu'elle est née femme. Thomas Hardy nous montre la vie cruelle et injuste que menaient les femmes au XIXe siècle dans une société qui les malmenait. Pendant ma lecture je pensais sans cesse à la phrase de Hobbes: "l'homme est un loup pour l'homme" mais dans Tess c'est surtout l'homme qui est un loup pour la femme. Et certaines femmes, comme la mère de Tess, sont encore des loups pour leurs semblables. Enfin, Dieu n'est pas là comme le rappelle Thomas Hardy et rien ne va. Tess ne peut attendre aucune aide, ni des hommes intolérants ni d'un être tout puissant.

Après Loin de la foule déchaînée, j'attendais énormément de Thomas Hardy et je n'ai pas été déçue. Tess d'Urberville et l'écriture poétique de l'auteur sont de un véritables coups de coeur.

" Tout à coup, un après-midi, regardant sa beauté dans la glace, elle se mit à penser qu’il existait encore une date bien plus importante pour elle, la date de sa propre mort, quand ses charmes auraient disparu : jour caché, invisible et sournois parmi tous ceux de l’année, qui passait devant elle sans donner de signe et n’en était pas moins sûrement là. Quel était-il ? Pourquoi, quand venait chaque année, ne sentait-elle pas le frisson de cette froide et familière rencontre ?
Comme Jeremy Taylor, elle songeait que, dans l’avenir, ceux qui l’auraient connue diraient : « C’est le tant…, le jour où est morte cette pauvre Tess Durbeyfield », et ces mots ne leur sembleraient pas étranges. De ce jour destiné à être le terme de son voyage dans le temps à travers les âges, elle ne connaissait ni le mois ni la semaine ni la saison ni l’année."

J'espère pouvoir voir rapidement les versions de Roman Polanski et de la BBC. Les avez-vous vus ? J'aimerais également lire Jude l'Obscur d'ici peu.

Lu dans les cadres des challenges du XIXe siècle chez Fanny, des 100 livres à lire au moins une fois chez Bianca et A year in England chez Titine.

Fanny

logo-by-eliza1.jpg            challenge-des-100-livres-chez-bianca.jpg           2071237519.png

 

 

 

08/02/2016

Les Indociles, Murielle Magellan

12642992_901727543277941_599042870605804699_n.jpg

Résumé de la maison d'édition :

Ce n'est pas une romance, pense Olympe. On ne voit rien d'elle que ses mains, et pourtant on a la sensation de son emprise sur lui. Pas de l'amour ; du pouvoir. Olympe scrute. Sonde. Dans sa chambre ronde, assise en tailleur sur son lit, l'ordinateur entre ses cuisses, Jean-Sébastien Bach dans le casque, elle agrandit l'image. Une main, un dos. C'est le sujet du peintre. À l'arrière-plan, c'est de l'aquarelle noire. Elle aime cette main de femme. Elle aime ce dos rose d'homme. Musclé mais rose bonbon. Elle voudrait être avec eux. Dans le tableau. Surtout dans ce qu'on ne voit pas du tableau. "
Les Indociles dressent le portrait plus vrai que nature d'un don Juan au féminin, créature irrésistible et vénéneuse, toute en contradictions. D'une grande finesse, ce roman, qui n'est pas sans rappeler Les Liaisons dangereuses, nous livre une belle réflexion sur l'amour et sur la création artistique.

 

Olympe est une trentenaire au sommet de sa carrière: sa galerie d'art à Paris connait un tel succès qu'elle en a ouvert une nouvelle à New York, ses goûts sont sûrs et son influence dans le milieu est grandissante. Elle ne vit que pour son travail et sa vie privée se résume à des relations nocturnes et légères avec des hommes et des femmes. Elle vit pour le plaisir que lui procure l'art et les corps d'amants ou de maîtresses plus ou moins réguliers ou de parfaits inconnus.

Elle rencontre des indociles, comme elle, qui vont bouleverser sa vie: Solal, le vieil artiste méprisant le monde de l'art qui, selon lui, n'existe que par et pour l'argent, Khalia, une jeune stagiaire gitane en rupture avec sa famille et Paul, un scientifique et un heureux père de famille.

Paul entre un jour dans sa galerie pour acheter un tableau pour sa femme mais se rend compte rapidement qu'il n'en a pas les moyen. Olympe va alors rechercher un tableau qu'il pourrait acquérir et en fouillant dans le téléphone de Khalia elle découvre un tableau qui l'interpelle. Accompagnée par sa stagiaire, elle se rend à Perpignan pour rencontrer le peintre. Elle veut acheter ses œuvres et organiser une exposition à Paris, mais le vieux monsieur a connu le monde des galeries parisiennes dans sa jeunesse et il en est dégoûté. Solal a aujourd'hui plus de 70 ans, ce n'est pas maintenant qu'il connaîtra la gloire. C'est trop tard, il n'en veut plus et méprise Olympe et tout ce qu'elle représente. Ce mépris de surface cache une véritable recherche de reconnaissance et, après quelques réflexions, Solal accepte de vendre ses œuvres à Olympe et de signer un contrat. Simultanément à sa rencontre avec Solal, Olympe se rend compte qu'elle est troublée par Paul, le scientifique et que ce trouble ressemble bien à de l'amour. Après une enfance et une adolescence difficile, elle avait pourtant décider de bannir ce sentiment et de vivre en toute liberté et légèreté. Ces deux hommes vont bouleverser ses idées et sa vision de l'existence.

9782260024118.jpg

Les références en quatrième de couverture à Dom Juan et Aux liaisons dangereuses, deux classiques que j'aime beaucoup, m'ont convaincue de lire ce roman. Comme Dom Juan, Olympe a besoin de posséder ce qu'elle désire, que ce soit les humains comme les oeuvres d'art, mais ses raisons ne sont jamais ambiguës et elle ne se sert pas des relations sexuelles pour manipuler les hommes comme le fait la marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses.

J'ai apprécié l'originalité du roman: je n'ai pas l'habitude de lire des romans de ce genre. Je trouve que Murielle Magellan ne porte pas de regard critique sur les personnages: elle s'en distance et nous l'imitons. Olympe, Solal ou Paul sont parfois agaçants mais nous n'avons pas envie de porter un regard moralisateur sur leurs choix.

J'ai particulièrement aimé les regards opposés de Solal et d'Olympe sur l'art et la critique du monde des galeries parisiennes. Les personnages avec leurs pensées arrêtées qu'ils ne cessent de contredire nous permettent de nous interroger sur l'amour, les relations de couple, l'art, l'économie de l'art et la vieillesse. Khalia est particulièrement attachante. La fin du roman est très réussie et surprenante.

Je remercie vivement Adeline pour s'être intéressée au blog et pour nos échanges ainsi que les éditions Julliard pour leur confiance.

Fanny 

logo_julliard_carr_.jpg

 

29/01/2016

Un flair infaillible pour le crime, Ann Granger

10314636_895165013934194_3145339392766588084_n.jpg

Dans ce quatrième volume des enquêtes de Lizzie et Benjamin Ross, le jeune couple est confronté au meurtre d'un homme vivant dans leur rue : Thomas Tapley. Le vieux monsieur aimable et sans histoires a été sauvagement assassiné dans sa chambre qui lui était louée par une femme d'un certain âge et irréprochable. Qui aurait bien pu s'acharner à ce point sur le corps de cet homme modeste et discret ? La victime ne semblait avoir aucun ennemi, le crime ne semble motivé par aucun mobile et pourtant il a bien eu lieu. Un mystère plane sur le passé du vieux monsieur qui s'est montré étrangement silencieux sur sa jeunesse. Comment a-t-il trouvé une chambre à louer chez une femme respectable sans avoir de recommandations ? Comment occupait-il ses journées dans Londres ? Pourquoi paraissait-il pauvre alors qu'il payait toujours son loyer à temps et qu'il avait de l'argent pour ses loisirs ? Autant de questions que Benjamin et Lizzie vont se poser et qui vont les mener jusqu'à des révélations sur le passé "scandaleux" de la victime.

Après ses révélations sur la jeunesse de Thomas, les assassins potentiels et les mobiles du meurtre pleuvent et le couple Ross ne sait plus qui suspecter.

9782264065940WEB.jpg

J'adore cette série et je ne m'en lasse pas ! J'ai aimé de nouveau retrouver le couple qui évolue au fil des volumes. Installée à Londres en tant que Madame Ross, Lizzie essaie désormais de se faire une place à Scotland Yard auprès de son mari et incite le surintendant Dunn à embaucher des femmes dans la police. La relation de Lizzie et de Bessie, sa femme à tout faire, est également développée et je trouve que la jeune fille qui n'a pas la langue dans sa poche est attachante. J'ai également apprécié l'ambiance de Londres au XIXe siècle.

Comme les volumes précédents, l'intrigue n'est pas inoubliable et Ann Granger ne cherche pas à écrire le roman policier du siècle mais elle nous offre un un très bon moment de lecture. C'est un plaisir de chercher l'assassin dans les rues de Londres en compagnie de Lizzie et Benjamin !

Pour conclure, cette série est une petite pépite que je retrouve toujours avec joie !

Lu pour le challenge A years in England chez Titine et pour le challenge XIXe siècle chez Fanny !

Fanny

challenge-xixe.jpg                  logo-by-eliza1.jpg

 

 

18/01/2016

Passé imparfait, Julian Fellowes

735057_883462015104494_4369676243627926509_n.jpg

Après un silence de quarante ans, Damian Baxter écrit au narrateur pour l'inviter dans sa grande et belle demeure. Il a fait fortune et c'est l'ennemi juré du narrateur depuis un mystérieux événement ayant eu lieu quarante ans auparavant lors de vacances au Portugal. Poussé par la curiosité, le narrateur accepte cette invitation et retrouve son ancien ami à l'article de la mort. Damian a reçu, il y a fort longtemps, une lettre lui annonçant qu'il a un fils qu'il n'a pas reconnu et l'insultant pour son comportement passé. Ne possédant plus les forces de partir à la recherche de l'expéditeur de cette lettre anonyme afin de retrouver son fils, il demande au narrateur, comme le dernier service que l'on doit bien à un mourant même s'il est votre pire ennemi, de retrouver la femme qui lui a envoyé cette lettre. Il fournit alors une liste de six jeunes femmes qui auraient pu avoir un enfant de lui à l'époque dont il est question dans la lettre anonyme. Le narrateur était ami avec toutes ces jeunes femmes qu'il n'a pas vues depuis la fameuse soirée au Portugal. Marqués par cet événement, tous les protagonistes de la soirée n'ont plus voulu se revoir, se sont distancés les uns des autres au point de presque oublier l'existence de ces anciens jeunes gens aristocrates devenus des hommes et des femmes en prise avec le monde moderne qui cherche à les faire disparaître. Par sens du devoir, le narrateur accepte cette mission et retrouve chaque femme afin de retrouver le fils de Damian qui héritera d'une fortune colossale d'ici peu.

Le narrateur va devoir se plonger dans son propre passé et dans celui de Damian afin de comprendre pourquoi celui-ci provoqua cet événement apocalyptique qui fit de lui l'ennemi du héros. Cette mission engendrera chez le narrateur de difficiles mises au point personnelles sur son amour fou pour Serena, une jeune fille qui n'avait d'yeux que pour Damian pendant leur jeunesse. Il constatera avec lucidité et sévérité ce que sont devenus l'aristocratie à laquelle il appartenait dans sa jeunesse et ces jeunes gens aveuglés par leur sentiment de supériorité qui n'ont pas su s'adapter au monde des années 70.

IMG_20160103_144605.jpg

J'ai moins aimé Passé imparfait que ce que je l'aurais souhaité. Après l'épisode final de Downton Abbey j'ai eu envie de rester en compagnie du monde de Julian Fellowes et cette lecture fut en partie une déception. Le livre n'est pas ennuyeux mais il est très lent et très long à lire. Les ravages du temps sur des générations et la chute d'une caste sont les principaux sujets de roman et ils nécessitent évidemment un nombre de pages conséquent. Avec de tels thèmes, la longueur du roman semble inévitable mais j'ai tout de même souffert avec quelques longueurs.  Je ne suis pas parvenue à m'attacher aux personnages: le narrateur, Damian et Serena m'ont agacé. Je reconnais que la description de l'aristocratie est très intéressante et j'ai beaucoup aimé l'ironie présente tout au long du roman.

Fanny

     Lu dans le cadre de A year in England chez Titine !logo-by-eliza1.jpg