Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2017

Le Jour d'avant, Sorj Chalandon

IMG_20171019_153323_782.jpg

Dans Le Jour d'avant, Sorj Chalandon remonte le temps jusqu'à la catastrophe qui a coûté la vie à 42 mineurs le 27 décembre 1974 à Saint-Amé de Liévin-Lens. Le narrateur est le frère de l'une des victimes.

Avec lui, nous parcourons son passé : le lecteur découvre Joseph, un jeune homme qui se cherche entre la terre et le charbon. Des mineurs le poussent à rejoindre leur groupe et son père agriculteur le voudrait bien comme successeur. Et puis, presque par hasard, il choisit la mine au grand dam de la famille qui n'oublie pas l'oncle tué par la mine alors qu'il n'avait que 20 ans. Son jeune frère l'admire. Michel se souvient alors de ce maudit 26 décembre : alors qu'il n'avait jamais été aussi heureux et fier, au volant de la moto et conduisant son grand frère, Joseph, son héros, frissonne en passant devant la mine. Quelques heures plus tard la mine s’effondrait sur lui.

Le temps passe mais la douleur ne quitte plus Michel, orphelin de frère, puis de père. Encouragé par un mot laissé par son père avant son décès, Michel, quarante ans plus tard, décide de venger la mort de Joseph. Cette catastrophe minière n'était pas un accident mais un meurtre. Elle aurait pu être évitée: des hommes sont responsables de la mort de son frère, tué à 30 ans, et n'ont jamais payé pour ce qu'ils avaient fait. Incognito, il retourne dans son village : la mine est morte, elle est devenue un monument historique et une stèle a été érigée à la mémoire des 42 mineurs. Michel se lance alors dans la chasse à l'homme et met en place sa vengeance.

Je n'avais jamais lu de roman de Sorj Chalandon mais pour une première lecture ce fut un vrai coup de cœur. Sorj Chalandon nous tient jusqu'à la fin : cette histoire haletante nous pose mille et une questions sur l'amour, la fraternité, la vengeance, la moralité, la folie.... Les retournements de situations sont fréquents et l'un m'a particulièrement surprise. L'écriture est magnifique et pleine d'humanité. Le Jour d'avant est un poignant hommage aux mineurs de tous les temps, à leurs familles brisées, aux hommes de la terre représentés par le père des deux garçons et enfin un peu à Germinal d'Emile Zola.

En quelques mots, Le Jour d'avant a été une lecture marquante et émouvante par son sujet et par son écriture.

" Venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, mort en paysan. Venger ma mère, morte en esseulée; j'allais tous nous venger de la mine. Nous laver des Houillères, des crapules qui n'avaient jamais payé leurs crimes. (...) Rendre justice aux veuves humiliées, condamnées à rembourser les habits de de travail que leurs maris avaient abîmés en mourant. "

Je remercie les Matchs de la rentrée de Priceminister.

Fanny

10001_logo_priceminister-1-702x150.png

Commentaires

Tu éveilles ma curiosité !

Écrit par : Scarlett Julie | 20/10/2017

Répondre à ce commentaire

Un titre qui m'attire beaucoup et qu'il me tarde de lire en cette rentrée.

Écrit par : Moka | 23/10/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai très envie de découvrir la plume de l'auteur qui est journaliste mais le thème des mineurs m'intéresse aussi beaucoup !

Écrit par : Le Salon des Lettres | 11/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire