Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2014

Avec vue sur l'Arno, E.M Forster

9782221135099.jpg

 

 Lucy Honeychurch, jeune fille de la bonne société, voyage à Florence en étant accompagnée par une cousine vieille fille. Tout débute par un souci d'ordre pratique: Lucy et sa cousine avaient réservé dans leur pension des chambres avec vue sur l'Arno seulement voilà, les chambres sont déjà occupées par un monsieur jugé grossier par les gens bien comme il faut et par son jeune fils: Les Emerson. Ces derniers, comble de l'impolitesse, proposent de laisser leur chambre avec vue sur l'Arno aux demoiselles qui acceptent finalement en étant choquées par leur comportement. Suite à cette rencontre inconvenante, Lucy et sa cousine découvrent Florence et rencontrent une série de personnages tous porteurs de la bonne morale. Florence offre à la jeune fille une éducation sensible et sensuelle qui empiète peu à peu sur l'éducation stricte qu'elle a reçue depuis son enfance. Alors que Lucy est témoin du meurtre d'un Italien lors de l'une de ses escapades en ville, elle s'évanouit et George Emerson la ramène à la pension. Il ose lui voler un baiser. Honteuses, Lucy et sa cousine quittent Florence pour Rome.

Une ellipse temporelle nous permet de retrouver Lucy fiancée à Cecil, un jeune homme snob et prétentieux qui méprise sa famille, ses connaissances et son éducation. Cependant, Lucy n'est plus la même depuis Florence et le retour des Emerson qui louent une maison tout près de la sienne va semer des doutes dans l'esprit de l'héroïne.

J'ai trouvé que les cent premières pages du roman étaient un peu longues car les actions sont très peu nombreuses et les conversations lentes mais cette lenteur est nécessaire pour permettre au lecteur de se plonger dans cet univers du début du XXe siècle étouffé par une successions de conventions qui rendent la vie pesante.  L'auteur use également de l'humour pour se moquer de cette société. Le reste du roman est un délice. Certaines pages, particulièrement sur la condition des femmes, sont sublimes. Le lecteur prend plaisir à suivre l'apprentissage de Lucy qui doit se trouver et s'affirmer mais qui doit également faire un choix entre deux hommes et deux conceptions de la vie. Enfin, les personnages ne laissent jamais indifférents, certains sont détestables et d'autres admirables comme Monsieur Emerson ou drôles comme le frère de Lucy. Avec vue sur l'Arno est donc un très beau roman à lire au plus vite.

Fanny

Lu dans le cadre du challenge Les 100 livres à lire au moins une fois chez Bianca

1345539106.jpg

 

 

29/07/2014

La curiosité est un péché mortel, Ann Granger

ob_29cfa6_la-curiosite-est-un-peche-mortel-43090.jpg

 

Lizzie Martin, qui ne supporte plus sa tante et que sa tante veut envoyer au loin, se rend à New Forest pour tenir compagnie à une jeune femme: Lucy. Elle a perdu son bébé et clame à qui veut l'entendre qu'il n'est pas mort et qu'on le lui a enlevé. Lucy vit dans un village isolé avec ses deux tantes vieilles filles. Mais les choses tournent mal lorsqu'un personnage inquiétant, un chasseur de rat, est retrouvé assassiné dans le domaine des deux vieilles filles. Alors qu'elle a faussé compagnie à Lizzie, Lucy est assise e à côté du mort lorsqu'il est retrouvé, les mains tachées de sang et les soupçons se portent bien facilement sur elle.... Lizzie comprend que la jeune fille, à laquelle elle s'est attachée et qu'elle tente de soutenir dans sa solitude, va avoir besoin d'une enquête solide pour ne pas être accusée du meurtre. Ross Ben, de Scotland Yard, entre alors en jeu pour mener l'enquête avec l'aide et le sens de l'observation de Lizzie.

J'ai lu beaucoup de romans policiers lorsque j'étais au collège, particulièrement des Agatha Christie, mais je n'en lis que rarement aujourd'hui. Ann Granger et Lizzie Martin vont me faire changer mes habitudes! J'ai été emballée par ce roman! Que ce soit l'intrigue, les personnages ou encore la description et l'ambiance du XIXe siècle, tout m'a plu dans ce roman. J'ai aussi beaucoup aimé la double narration qui nous fait plonger dans l'aventure du côté de Lizzie mais aussi de Ben Ross. Cette narration permet de plus à l'auteur de changer de tonalité selon le narrateur et l'humour est souvent présent lorsque le point de vue de Ben Ross est adopté.

 

Ce second volume des aventures de Lizzie est donc à dévorer au plus vite ! (et je vais de mon côté corriger mon erreur et lire le premier volume! )

Fanny

Lu dans le cadre du challenge du XIXe siècle chez Fanny   2071237519.png

24/07/2014

Chrysis, Jim Fergus

 

chrysis3.png

 

A l’origine de ce roman, il y a une démarche très personnelle de l’auteur. Jim Fergus a enquêté sur Chrysis Jungbluth, peintre ayant réalisé le tableau Orgie, pour lequel sa compagne a eu un véritable coup de cœur dans les derniers mois de sa vie et qu’il lui avait offert. L’auteur est ainsi parti sur les traces de cette artiste pour nous en compter la jeunesse de façon romancée.

Pour en venir à l’histoire de ce tableau, il faut découvrir les deux héros du roman dont nous suivons d’abord les destins respectifs. Bogart Lambert, ou Bogey, est un jeune cow-boy doué en boxe qui décide à l’âge de 17 ans, pendant la Grande Guerre, de quitter le ranch familial dans le Colorado pour rejoindre les rangs de la Légion étrangère afin de combattre pour la France, pays de ses ancêtres. Nous suivons ainsi Bogey et son cheval Crazy Horse lors de leur périple pour rejoindre la France. Sur le front, le cow-boy, toujours accompagné de sa fidèle monture, devient courrier et tous deux se font remarquer pour leur talent à se fondre entre les tirs pour porter les messages entre les différentes lignes de combat.

A l’arrière du front, Chrysis, encore petite fille pendant la guerre, entend parler de cet atypique soldat cow-boy par son père, ancien colonel, qui lui en conte les aventures. C’est finalement plusieurs années plus tard, au hasard des cafés de Montmartre, que les chemins de Bogey et Chrysis vont finir par se croiser pour se lier... Chrysis est alors une jeune femme moderne et indépendante. Passionnée de peinture, elle est particulièrement intéressée par le quartier de Montmartre et l’ambiance libre qui y règne dans les années 1920. Nous y suivons son évolution en tant qu’artiste ainsi que ses différentes découvertes et expériences, qui vont la mener à peindre le fameux tableau Orgie….

J’ai tout de suite été interpellée par l’entrée en matière du roman et touchée par la démarche de l’auteur. Si les destins de Chrysis et Bogey sont ici romancés, j’ai tout de même été captivée par le récit jusqu’au bout. Les deux héros m’ont beaucoup plu car ils sont très différents. J’ai été touchée par la réserve de Bogey, sa relation avec son cheval, tout comme j’ai aimé l’exubérance de Chrysis et sa façon propre de se libérer de son éducation stricte pour croquer la vie, ce qui en fait une jeune femme fascinante. A travers la rencontre des deux personnages ce sont aussi deux ambiances qui sont mises en parallèle ; celle du Montmartre des années 20 et celle de la guerre , ce qui fait la richesse et l’originalité du récit.

C’est sur les bons conseils de Fanny que j’ai lu pour la première fois Jim Fergus, et je compte bien approfondir ma découverte de la bibliographie de cet auteur dont la plume m’a séduite!

 

Emilie

22/07/2014

Villette, Charlotte Brontë

archi villette.jpg

 

Villette débute par la jeunesse de Lucy Snowe, jeune orpheline anglaise, qui rend visite à sa marraine et à son fils alors qu'ils accueillent une enfant noble du nom de Polly. Le temps passe sans que le lecteur entende reparler de cette famille et de cette petite fille. Après le décès de la vieille dame qui employait Lucy comme dame de compagnie, notre héroïne se trouve confrontée à de nouvelles épreuves. Etant orpheline, désespérément seule mais courageuse et déterminée, Lucy décide de s'embarquer pour un pays francophone et qui lui est inconnu, Villette, afin d'y trouver une place de dame de compagnie. C'est finalement en tant qu'enseignante d'anglais qu'elle est employée dans le pensionnat pour jeunes filles de Villette. Lucy connaît divers tourments d'ordre psychologique tout d'abord, elle est victime d'une dépression et souffre de son isolement mais elle vit également avec des personnages mystérieux auxquels elle ne peut se fier à l'exemple de sa patronne qui fouille dans ses affaires. Un professeur, M. Paul la malmène mais de vieilles connaissances vont refaire surface, extirper Lucy de son mal être et elle découvrira alors que les choses et les hommes ne sont pas ce qu'ils semblent être.

 

Ma lecture s'est faite en demi-teinte: j'ai adoré le début et la fin du roman mais certains passages du roman m'ont semblé bien longs et en particulier les chapitres consacrés aux différends religieux qui opposent Lucy, anglaise et protestante, aux habitants et professeurs catholiques de Villette. Virginia Woolf et George Eliot considèrent Villette comme supérieur à tous les autres romans de Charlotte et je peux comprendre pourquoi sous certains aspects.

L'écriture, comme toujours avec les Brontë, est magnifique. J'ai apprécie l'héroïne mais je sais que c'est surtout parce qu'elle n'est pas sans rappeler Jane Eyre en étant moins passionnée et plus austère. Lucy, de par son caractère et de par sa place dans la société, ressemble à Jane Eyre: elle possède la même modestie et discrétion mais également la même détermination et la même force de caractère. Elle n'est pas sans rappeler également Charlotte Brontë elle-même: elles sont parties toutes deux vivre dans un pays étranger pour apprendre leur métier (la Belgique pour Charlotte), elles rêvent toutes deux de fonder leur propre école et elles vivent dans la même solitude puisque Villette est le dernier roman de Charlotte.

Le roman porte alors toute la détresse de l'auteur vivant seule avec son père et avec les fantômes de ses soeurs et de son frère disparus. Rien que pour ce désespoir palpable de l'héroïne et dans lequel on reconnaît celui de l'auteur le livre vaut la peine d'être lu.

Villette est une sorte de miroir dans lequel Charlotte s'est regardée et dans lequel nous sommes heureux de pouvoir la voir aujourd'hui. 

Fanny

 

Roman lu dans le cadre du Challenge XIXe siècle chez Fanny  19 e.png

 

 

14/07/2014

Nos collections Jane Austen

C'est avec plaisir que nous avons suivi l'idée de Jane Austen is my wonderland et que nous avons pris en photos nos livres de Jane Austen et nos objets et DVD inspirés de ses romans !

 

La collection d'Emilie

unnamed.jpg

 

unnamed (1).jpg

 

Ma collection

 

DSCN2583.JPG

DSCN2592.JPG

 

Pour cause de déménagement, il manque dans cette collection une très belle tasse avec le visage de Jane Austen offerte par Emilie pour un de mes anniversaires, un Orgueil et Préjugé illustré en espagnol et un marque page Jane Austen! 

 

29/06/2014

Haworth, le village des soeurs Brontë

 J'ai l'immense chance d'être née dans une famille qui aime avec ardeur les soeurs Brontë de mère en fille ! C'est une sorte d'héritage, et gare à celle qui ne le perpétuera pas !

Ainsi, Haworth, le village des soeurs Brontë est une sorte de lieu de pèlerinage pour nous. J'ai la chance d'y être allée deux fois, une fois en hiver alors que je n'avais jamais lu leurs romans et la seconde en été alors que j'étais devenue un fervente admiratrice. Les soeurs Brontë occupent la plus haute place dans mon Panthéon littéraire et je crois bien que si je ne devais garder qu'un seul livre ce serait Les Hauts de Hurlevent. Visiter leur village et leur maison est une des grandes émotions de ma vie.

L'arrivée dans le village et dans les lieux de vie des Brontë est superbement décrite dans la préface de Jeanne Champion dans sa passionnante biographie d'Emily Brontë, La Hurlevent, que je ne saurais que vous conseiller très vivement.

Haworth est un village perdu au bout du monde, dans le Yorkshire et dont le coeur appartient à tout jamais et pour toujours à la famille Brontë. Tout parle d'eux et tout raconte une histoire sur cette famille. Le visiteur a l'impression que le village n'a pas changé depuis leur mort et que les choses se sont figées comme pour attendre leur retour... C'est incroyable. Le visiteur ne sait plus très bien à quel siècle il vit et s'il est bien dans la réalité ou dans un des romans des Brontë.

bronte 01.png

En montant la petite rue pavée, au sommet de laquelle se trouve le presbytère de la famille, le visiteur passe devant le Black Bull qui semble encore cacher dans un coin de sa taverne Branwell Brontë buvant à excès. En face de cette taverne, se trouve l'ancien magasin de l'apothicaire qui fournissait à Branwell ses drogues.

bronte 3.png

Alors que des corbeaux croassent au dessus de sa tête et créent une ambiance digne des Hauts de Hurlevent, le visiteur découvre l'église du Révérend Brontë dans laquelle la famille est inhumée et le cimetière du village. Juste derrière ses tombes recouvertes de mousse, nous pouvons apercevoir la façade du presbytère.

bronte 2.png

On frisonne en entrant. L'intérieur du presbytère est reconstitué tel que la famille l'a connu. Rien n'a bougé. Il y a encore le sofa dans le salon sur lequel Emily est morte, le piano sur lequel elle s'exerçait; les portraits de la famille, leurs vêtements ou encore le pupitre et les plumes avec lesquelles Charlotte écrivait. Il reste jusqu'aux soldats de bois de Branwell qui enflammèrent l'imagination des enfants mais aussi les carnets remplis par leur minuscule écriture lorsqu'ils imaginaient par binôme les royaumes de Gondal et d'Angria.

 

bronte 4.png

 

En sortant, le visiteur peut dévaliser la boutique de souvenirs mais il peut  aussi se promener sur la lande chère au coeur d'Emily afin d'emporter avec lui toutes les images et odeurs qu'il peut de ce lieu inoubliable.

Fanny

Billet rédigé dans le cadre du Challenge XIXe siècle chez Fanny

19 ee.png

 

 

 

22/06/2014

Autant en emporte le vent, Margaret Mitchell

 

autant_emporte_vent1.png

 

 

Quel grand et beau roman ! Oh, que c'est beau ! Que vous aimiez ou non le film, il faut au plus vite lire ce chef-d'oeuvre qui a gagné définitivement sa place dans mon panthéon littéraire. C'est un immense coup de coeur.

L'héroïne de Autant en emporte le vent, Scarlett O'Hara, est une jeune fille du sud de la Géorgie qui fait tourner la tête de tous les garçons. Belle, pétillante, intelligente, séductrice et manipulatrice, elle est aimée de tous, sauf de celui qu'elle aime: Ashley Wilkes.

Le roman débute dans l'ambiance électrique des jours qui précèdent le début d'une guerre et par l'annonce des fiançailles d'Ashley avec la douce Mélanie au grand désespoir de Scarlett qui la méprise. Les bals, les pique-niques, les réceptions et les instants d'insouciance se succèdent et la vie est douce.

La guerre est alors annoncée: les hommes partent avec la fleur au bout du fusil et en étant persuadés de la supériorité de leur cause et de leur courage. Seul, le scandaleux et lucide Rhett Buttler prédit l'avenir et assure la défaite des sudistes par faute de moyens techniques.

Le roman devient alors une succession de faits et de déceptions déjà prédis par Rhett Butler au début de la guerre: les défaites guerrières s'accumulent, les femmes s'épuisent à l'arrière en soignant les blessés et les soldats ne font plus que semblant de croire en la cause qu'ils défendent. Le premier tome plonge le lecteur dans la guerre de Sécession et il devient l'ombre de Scarlett: il tremble avec elle lorsque les Yankees s'apprêtent à entrer dans Atlanta, il est profondément attaché à Mama, il se sent chez lui à Tara et il tombe même bien plus vite qu'elle sous le charme de Rhett Buttler en écartant Ashley dont l'image se dégrade petit à petit dans le roman.

 

Avec la guerre, un vent parsemé de poussière rouge s'est levé sur le sud et il a a tout emporté: des êtres aimés, l'innocence d'autrefois, la richesse des familles de planteurs, le mode de vie ancestral, l'orgueil d'être un sudiste et l'obsession de Scarlett d'être aimée par tous les hommes des environs se transforme en l'obsession de conserver Tara. Il ne reste rien du temps passé et heureux.

Le deuxième tome montre au lecteur l'écroulement de la civilisation du sud après la défaite des conférés. Peu de roman ont pour sujet la destruction et la chute du mode de vie d'une population et du malaise qu'il provoque. La plupart des personnages ne savent plus comment se placer dans cette vie qui a tant changé depuis la fin de la guerre. Scarlett se bat alors, renonce à son orgueil et développe un fol instinct de survie pour conserver Tara qui est devenue sa raison de vivre.

Le dernier tome est plus triste puisque son héroïne est un peu moins flamboyante. Scarlett se retrouve confrontée aux sanctions d'après guerre des Yankees et aux nouvelles lois qui sont imposées au sud et qui se révèlent plus difficiles à supporter que la guerre elle-même. Peu à peu, Scarlett enchaînent les scandales et tous lui tournent le dos excepté la fidèle et constante Mélanie dont le courage finit même par être admiré par Scarlett elle-même. Je ne dirais rien de la fin des aventures amoureuses de Scarlett pour ceux et celles qui n'ont pas vu le film.

blog.png

 

Scarlett, Mélanie, Rhett et Ashley sont les quatre personnages piliers du roman. Scarlett parfois détestable car peste et prétentieuse provoque l'admiration par sa grande force de caractère, par sa volonté et par sa capacité à s'adapter à toute chose et à se confronter avec courage aux épreuves. Mélanie, réservée et douce n'en est pas moins aussi courageuse que Scarlett même si elle l'est de manière plus discrète. Elle voit le bien partout et force l'admiration de Rhett mais ne reçoit que le mépris de Scarlett qui se transforme finalement en amour au fil du roman. Ashley n'est que peu attachant: c'est un homme du passé et qui n'a pas assez de courage et d'instinct de survie pour quitter ses illusions. Rhett est le double masculin de Scarlett: orgueilleux et intelligent, il sait survivre dans n'importe quelle condition. Moqueur et scandaleux, il fait sortir Scarlett de ses gonds et un jeu du chat et de la souris s'installe entre eux. Nous rencontrons également une foule de personnages haut en couleur: la généreuse Mme O'Hara, le tempétueux M. O'Hara portant en lui un amour passionné de la terre, l'attachante et formidable Mama ou encore l'insupportable Melle Pitty qui manque de s'évanouir à chaque instant.

 

La manière d'évoquer l'esclavage et de désigner les hommes noirs peut parfois choquer ou mettre mal à l'aise le lecteur. Le parti pris pour le sud et pour l'esclavagisme est indéniable mais l'auteur ne met jamais de côté le fort attachement et les sentiments de loyauté qui existent des deux côtés.

 

C'est un roman riche et fort sur l'amour d'une terre et d'une région, sur un grand amour compris trop tard, sur les liens familiaux que rien ne détruit et sur la destruction d'un monde et d'une civilisation. La plume de Margaret Mitchell est à l'image de son héroïne, elle a du caractère et elle est belle. C'est un monument à lire au plus vite !

 

blog1.png

 

" Mais maintenant elle savait que, s'il l'avait fallu, Mélanie aurait descendu l'escalier l'arme levée et aurait tué le Yankee... ou bien se serait fait tuer.

Oui, Mélanie s'était trouvée là, un sabre dans sa petite main, prête à se battre pour elle. Et maintenant que Scarlett promenait un regard triste sur les années écoulée, elle se rendait compte que Mélanie s'était toujours trouvée à ses côtés, le sabre à la main, discrète comme une ombre, aimante, luttant pour elle avec une loyauté passionnée, combattant les Yankees, le feu, la faim, la pauvreté, l'opinion publique et même ses parents qu'elle chérissait."

Fanny  

 

Lu dans le cadre du challenge Les 100 livres à lire au moins une fois chez Bianca et dans le cadre du challenge XIXe siècle chez Fanny !                                           

     9b4n.jpg                       1900504058.jpg