Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2018

Frankenstein, Mary Shelley

IMG_20180624_194112_088.jpg

J'ai enfin lu ce grand classique anglais qui faisait partie des douze classiques que je souhaitais sortir de ma bibliothèque cette année. Je me souvenais bien de l'histoire que j'ai découverte sous forme de bande dessinée il y a quelques années. Si vous voulez lire ma chronique, c'est par ici. J'ai également vu, il y a longtemps, le film mythique qui a crée l'image que nous avons tous du monstre possédant les traits de Boris Karloff. 


Le docteur Frankenstein rêve de donner vie à une créature et il y parvient en créant un monstre. Effrayé par son oeuvre, Victor Frankenstein l'abandonne et la fuit. Désespéré d'être rejeté par tous les hommes alors qu'il cherche leur compagnie et leur amitié, le monstre se prend d'une haine féroce pour son créateur. Sa vengeance débute par le meurtre du jeune frère de Victor. Le monstre propose à Frankenstein de créer une nouvelle créature pour vivre avec elle, le scientifique refuse et la vengeance du monstre n'aura alors plus de limites. Maudit parce qu'il s'est substitué à Dieu en créant la vie, Frankenstein ne semble plus avoir de prise sur son destin tragique. 


Ma lecture fut en demi-teinte. J'ai bien conscience de la modernité folle de ce roman écrit en 1817 par une jeune femme d'une vingtaine d'années. Mary W.Shelley pose des questions primordiales et intemporelles: qu'est-ce qu'une vie heureuse ? Que vaut une vie sans amour et sans amitié ? Qui est le plus monstrueux des deux héros ? Le monstre criminel obsédé par sa vengeance ou le scientifique inconscient qui refuse ses responsabilités et nie toute humanité à celui qu'il a créé ? Cependant, j'ai eu du mal à lire le roman et certains passages m'ont paru trop longs. Il s'agissait peut-être du mauvais moment pour lire ce grand classique et l'apprécier à sa juste valeur.

" Il est, certes, en votre pouvoir de me frustrer de tout, mais il me reste la vengeance, la vengeance qui, désormais, me sera plus indispensable que la lumière du jour et la nourriture ! Il se peut que je meure, soit, mais avant cela, vous, mon tyran et mon bourreau, maudirez le soleil qui brillera sur votre effroyable misère. "


L' avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ? 

Fanny

Lu dans le cadre de la lecture commune d'un classique anglais du XIXe siècle organisée par Lou et Cryssilda

3389308085.3.jpg

Commentaires

Je l'ai lu il y a quelques années et, comme toi, je lui avais trouvé des longueurs. Bonne semaine !

Écrit par : FondantGrignote | 25/06/2018

Répondre à ce commentaire

oui je l'ai lu et j'ai vraiment aime...car M. Shelley nous traine d'une cote comme de l'autre....j'en garde un bon souvenir de lecture quoi...;)

Écrit par : rachel | 26/06/2018

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'il y a des longueurs, et des passages romantiques un peu (trop) lyriques. Néanmoins, la réflexion philosophique m'a passionnée.

Écrit par : Lili | 28/06/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire